Les enfants réfugiés particulièrement impactés par les conséquences du COVID-19

Publié le 19 juin 2020

La pandémie de Covid-19 a eu des conséquences dévastatrices sur des millions d’enfants migrants, réfugiés ou déplacés internes. La Journée mondiale des réfugiés est l’occasion de rappeler qu’il est plus que jamais nécessaire de garantir l’accès aux services essentiels pour chaque enfant. 

Des millions d’enfants dans le monde sont contraints de partir de chez eux à cause d’un conflit, de la pauvreté ou des changements climatiques. Ils sont souvent victimes de violence, d’exploitation et de discrimination, ce qui fait obstacle à leur réinstallation et les empêche d’atteindre leur vrai potentiel.

Alors que la pandémie de COVID-19 continue de poser des défis accrus dans le monde entier, les enfants sont parmi les plus touchés par les mesures mises en place pour lutter contre l'épidémie.
Le coronavirus a exacerbé les conséquences néfastes sur les réfugiés et migrants et les a exposé à davantage de violence et de pauvreté. Plus que jamais, il est important de protéger les enfants réfugiés et migrants du virus, tout en s’attaquant aux effets cachés de la maladie. 

Actions d’UNICEF en 2019

Pour protéger les enfants réfugiés et migrants et ceux affectés par des conflits, nous faisons valoir le droit à l’éducation des enfants déplacés et le renforcement de leur autonomie au travers de nouvelles compétences et possibilités, tout en les aidant à s’installer au sein de leur nouvelle communauté.

  • 1,7 million d’enfants migrants, réfugiés et déplacés internes ont bénéficié de services de protection dans 76 pays.
  • Au Bangladesh, UNICEF et ses partenaires ont permis à 274 000 enfants de recevoir une éducation au sein des camps de réfugiés et des communautés d’accueil.
  • UNICEF et ses partenaires ont pu offrir une éducation de qualité à plus de 500 000 enfants en Jordanie, au Liban et en Turquie, améliorer la prestation de services et le bien-être des enfants réfugiés Rohingyas au Bangladesh et lutter contre la malnutrition dans la région du Sahel, en Afrique de l’Ouest.
  • UNICEF a permis la construction de 48 classes accessibles dans deux camps de réfugiés au Kenya et des espaces d’apprentissage temporaires accessibles pour près de 1 400 enfants et adolescents handicapés en Indonésie. 
  • Dans les situations d’urgence, les enfants et les familles ont reçu des soins de santé mentale et un soutien psychosocial, et bénéficié de services essentiels en matière de nutrition, d’éducation et de santé. 
  • UNICEF a fourni à plus de 32 000 enfants réfugiés migrants (dont plus de 9 800 filles et près de 23 000 garçons) un ensemble complet de services en Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Grèce, Italie et Serbie. Parmi ces enfants, plus de 19 000 ont bénéficié d’un meilleur accès au soutien psychosocial, aux conseils juridiques et à l'orientation vers d'autres services.

Les réfugiés et migrants ne courent pas seulement le risque de contagion du COVID-19, ils comptent aussi parmi les victimes les plus sévèrement touchées. Si nous n’agissons pas pour contrer les répercussions de la pandémie sur les enfants, elles provoqueront des dégâts irréversibles sur notre avenir à tous.

Faites un don à UNICEF France.