Les enfants sahraouis sont bien vaccinés, donc mieux protégés

Publié le 07 avril 2014 | Modifié le 31 mars 2016

En l’espace de 5 ans, la couverture vaccinale des enfants sahraouis de moins de 2 ans est passée de 43 % à 70 %. Une belle amélioration de la survie des enfants dans les camps de réfugiés sahraouis de Tindouf en Algérie, rendue possible grâce aux donateurs français. Explications.

La Semaine mondiale de la vaccination (du 24 au 30 avril 2014) est un événement international consacré à la sensibilisation à l'importance de la vaccination. Un des plus grands succès en matière de santé publique du siècle dernier, qui sauve chaque année la vie de 2 à 3 millions d’enfants.
Premier acheteur de vaccins au monde (à destination de 36 % des enfants de la planète), l’UNICEF revient sur un programme de vaccination des enfants dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf en Algérie. Un programme financé entre 2010 et 2013 par la générosité des donateurs français, ponctué de résultats positifs et encourageants.

La survie des enfants sahraouis passe par la vaccination

Estimée à environ 165 000 personnes, la population sahraouie réfugiée en Algérie vit depuis plus d’une trentaine d’années dans 5 camps, installés dans la Wilaya de Tindouf (Sud-ouest Algérien). Les conditions de survie y sont très difficiles et précaires, marquées par un accès insuffisant aux services de base, notamment à l’eau potable. « La population sahraouie dépend à 100 % de l’aide internationale. Il n’y a pas un seul secteur qui soit auto-suffisant, explique Thomas Davin, représentant de l’UNICEF en Algérie. La santé et l’éducation sont les deux secteurs prioritaires de l’UNICEF dans les camps de réfugiés sahraouis. »
 
Les femmes et les enfants représentent près de 80 % de la population sahraouie réfugiée. La santé maternelle et la survie de l’enfant s’imposent comme des actions humanitaires de premier ordre. « Ce qui compte le plus pour la survie de l’enfant, c’est la vaccination, raconte Thomas Davin. Donc l’UNICEF a mis en place ce programme de vaccination qui fait face à deux défis : le financement car tous les ans nous devons trouver 146 000 d’euros pour assurer l’achat des vaccins et des matériels, et la formation permanente du personnel de santé car les réfugiés sahraouis n’ont pas d’accès à l’emploi et il y a donc un turn-over important des équipes. »

« Les donateurs français peuvent être fiers d’eux »

Grâce aux dons collectés par l’UNICEF France auprès de ses donateurs, le programme de vaccination a permis de former 200 personnes aux bonnes pratiques de la vaccination. De la tenue d’un calendrier vaccinal, aux pratiques de vaccination, en passant par les conseils aux mamans et les campagnes de sensibilisation.
 
Le résultat le plus significatif de ce programme sur 3 ans est certainement le taux de couverture vaccinale, passée de 43 % des enfants sahraouis de moins de 2 ans en 2009 à 70 % en 2013. « C’est une progression phénoménale, souligne Thomas Davin, la population sahraouie nous facilite le travail car elle comprend bien l’importance de la vaccination pour leurs enfants. De plus, l’UNICEF a de très bonnes relations avec le ministère de la santé algérien qui nous aide à mettre en disponibilité le nombre de vaccins nécessaires dans leurs centres de santé à Tindouf pour que les enfants puissent en bénéficier. »
 
Pendant 3 ans, grâce aux donateurs français, l’UNICEF a pu commander des vaccins pour 35 000 enfants chaque année, soit en tout 70 000 enfants vaccinés ! « Les donateurs peuvent être fiers d’eux car grâce à eux, ce sont des enfants qui vivent, des enfants qu’on a sauvés » se félicite Thomas Davin.
 
L’objectif pour l’UNICEF est maintenant de passer d’une couverture vaccinale des enfants sahraouis de moins de 2 ans, de 70 % à 90 % d’ici quelques années. Un objectif à la portée de l’UNICEF, selon les dires de Thomas Davin, qui s’inscrit maintenant dans un nouveau programme de vaccination.
 
Au nom de tous ces enfants sahraouis vaccinés, merci !

En savoir plus

 
-Toutes nos actualités sur la vaccination
-Infographie pour comprendre les enjeux de la vaccination
 
-Les camps sahraouis, " une urgence chronique "
-Les oubliés du Sahara
 
Merci à nos partenaires Easyjet, Kiwanis, Pampers et Vertbaudet qui agissent à nos côtés en soutenant des programmes de vaccination de l’UNICEF !

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions