Les pays islamiques prennent position contre les mutilations sexuelles

Publié le 09 novembre 2005 | Modifié le 26 mai 2015

La Première Conférence islamique des ministres chargés de l'enfance, organisée avec l'UNICEF, a appelé à la fin des pratiques traditionnelles néfastes dont les mutilations sexuelles, l'élimination des disparités entre garçons et filles à l'école et le taux de mortalité beaucoup trop élevé des enfants et des mères dans certains pays islamiques.

« Cette importante Conférence de deux jours, organisée conjointement au Maroc par l'Organisation islamique pour l'éducation, les sciences et la culture (ISESCO), l'UNICEF et l'Organisation de la conférence islamique (OCI), a rassemblé des ministres de près de 50 pays islamiques et des représentants de plus de 20 organisations internationales arabes et islamiques ».

L'élimination d'un grand nombre de pratiques traditionnelles néfastes souvent associées à tort à l'Islam - dont les mariages d'enfants, les mutilations génitales féminines/excision et la discrimination contre les filles dans l'éducation - a figuré parmi les débats.

La réunion a été organisée pour donner suite à une résolution intitulée « Soins et protection de l'enfant dans le monde islamique », adoptée à l'unanimité par les États membres de l'OCI, lors du Sommet de l'Organisation, tenu en Malaisie en 2003.

Dans les pays islamiques, près de 4,3 millions d'enfants de moins de cinq ans meurent chaque année de maladies évitables et de malnutrition. Environ 6 millions d'enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition. Près de 23% de la population n'a pas accès à de l'eau potable. En Afrique subsaharienne, notamment, les enfants sont menacés par les conflits armés, le VIH/SIDA et la pauvreté.

Le 21 septembre dernier, un rapport de l'UNICEF avait souligné l'urgence de respecter les droits et de répondre aux besoins de plus de 600 millions d'enfants du monde islamique, dans les domaines de la pauvreté et de l'éducation, et salué les efforts déjà entrepris par les pays de l'Organisation de la Conférence islamique.

Soutenir nos actions