Les quelque 240 millions d'enfants handicapés dans le monde sont privés de leurs droits fondamentaux

Publié le 04 décembre 2021

Dans le monde entier, près de 240 millions d'enfants vivant avec des handicaps - soit 1 enfant sur 10 dans le monde - sont privés de leurs droits fondamentaux, a déclaré l'UNICEF à l'occasion de la Journée internationale des personnes handicapées.

New York, le 2 décembre 2021 - « Comme tous les enfants du monde, les enfants handicapés ont le droit d'être nourris par des soins adaptés, d'être soutenus dans leur éducation et de bénéficier d'une nutrition et d'une protection sociale adéquates, y compris dans les situations humanitaires. Mais trop souvent, ces droits sont bafoués », a déclaré Rosangela Berman-Bieler, responsable mondiale de l'UNICEF pour le handicap.

« Nous pouvons et devons faire davantage pour que les près d'un quart de milliard d'enfants handicapés dans le monde soient en mesure de réaliser leurs droits. Nous devons offrir aux enfants handicapés l'égalité des chances en veillant à ce que le soutien et les services communautaires soient inclusifs et accessibles, à ce que la stigmatisation et la discrimination soient éradiquées et à ce qu'ils soient protégés contre la violence, les abus et la négligence. Il y a une histoire derrière chaque statistique - un enfant avec des espoirs, des craintes, un potentiel et des ambitions. »

Selon les dernières données, par rapport aux enfants non handicapés, les enfants handicapés sont :

  • 24 % moins susceptibles de bénéficier d'une stimulation précoce et de soins adaptés. Les enfants handicapés risquent de ne pas bénéficier des soins et de la stimulation dont ils ont besoin dans les premières années de leur vie en raison d'une exposition accrue à des facteurs qui les rendent plus vulnérables. Il s'agit notamment de la pauvreté, de la stigmatisation et de la discrimination, de l'exclusion des possibilités d'apprentissage précoce, du placement en institution, de la violence, des mauvais traitements et de la négligence.  
  • 42 % moins susceptibles de posséder des compétences de base en lecture et en calcul. Les enfants handicapés se heurtent généralement à des obstacles supplémentaires qui les exposent à un risque plus élevé de connaître des trajectoires éducatives moins qu'optimales. Lorsque les familles cherchent des possibilités d'éducation pour leurs enfants, elles trouvent souvent des écoles et des salles de classe qui ne sont pas accessibles, que ce soit physiquement ou en raison du manque de matériel d'apprentissage approprié.
  • 49 % de risques supplémentaires de ne jamais aller à l'école. La probabilité qu'un enfant ne soit jamais allé à l'école peut dépendre de sa difficulté fonctionnelle ou de son origine économique. Par exemple, les enfants handicapés issus des ménages les plus pauvres ont beaucoup plus de chances de ne jamais être scolarisés que leurs pairs issus des ménages les plus riches.
  • Ils sont 25 % plus susceptibles d'être émaciés et 34 % plus susceptibles de souffrir d'un retard de croissance. Les enfants handicapés présentent souvent des taux d'insuffisance pondérale, de retard de croissance et d'émaciation plus élevés que leurs camarades non handicapés. C'est particulièrement vrai pour les enfants qui ont des difficultés à voir, à jouer et à marcher, ainsi que pour ceux qui appartiennent aux ménages les plus pauvres.
  • 53 % plus susceptibles de présenter des symptômes d'infection respiratoire aiguë. Les enfants handicapés, en particulier ceux des ménages les plus pauvres et ruraux, courent un risque élevé de souffrir de diarrhée, de fièvre et de symptômes d'infection respiratoire aiguë. Les enfants handicapés qui développent une maladie ou une infection, y compris une IRA, sont plus susceptibles d'être gravement malades, d'avoir de moins bons résultats en matière de santé et d'être hospitalisés que les enfants non handicapés.
  • 51 % plus susceptibles de se sentir malheureux et 41 % plus susceptibles de se sentir victimes de discrimination. La façon dont les individus perçoivent leur propre bien-être dépend d'un large éventail de facteurs. Cependant, de nombreux enfants handicapés sont victimes de discrimination en raison de leurs déficiences. Comme la discrimination peut élever des barrières dans l'accès aux services dont ces enfants ont besoin pour réaliser leurs droits, il est probable qu'elle affecte négativement leur bien-être subjectif.

L'UNICEF travaille avec des partenaires aux niveaux mondial et local pour réaliser les droits des enfants handicapés. Tous les enfants, y compris ceux qui sont handicapés, doivent avoir leur mot à dire sur les questions qui affectent leur vie, et avoir la possibilité de réaliser leur potentiel et de revendiquer leurs droits.

Un appel à l'action pour offrir l'égalité des chances

L'UNICEF appelle les gouvernements à :

Offrir aux enfants handicapés l'égalité des chances. Les gouvernements doivent collaborer avec les personnes handicapées, les professionnels travaillant avec les enfants, les entreprises et les organisations pour garantir que :

  1. Tous les services soient inclusifs et accessibles : L'enregistrement des naissances, le développement de la petite enfance, l'éducation, la santé, la nutrition, les vaccinations, l'eau et l'assainissement, et les services sociaux doivent être accessibles et inclusifs pour les enfants handicapés et leurs familles tout au long de leur vie, où qu'ils vivent, en période de stabilité et d'urgence.
  2. L'éducation soit inclusive et accessible : Tous les aspects de l'éducation doivent être rendus accessibles pour soutenir l'apprentissage et le développement des enfants handicapés, avec leurs pairs non handicapés, dans la communauté où ils vivent. Il s'agit notamment de rendre accessibles les matériels d'apprentissage et les programmes scolaires inclusifs, de garantir les technologies d'assistance, de former les enseignants et les administrateurs, ainsi que de fournir des infrastructures, des espaces de loisirs, des installations d'eau et d'assainissement et des transports accessibles.
  3. La stigmatisation et la discrimination soient éradiquées : Les voix des enfants handicapés doivent être soutenues et amplifiées en investissant dans des stratégies multi-niveaux fondées sur des preuves pour lutter contre les attitudes négatives et le capacitisme envers les personnes handicapées ; en adoptant des politiques qui combattent la stigmatisation et la discrimination institutionnalisées ; et en donnant aux enfants, aux familles et aux communautés les moyens d'inspirer un changement culturel positif.

Consulter les personnes handicapées et prendre en compte l'ensemble des handicaps, ainsi que les besoins spécifiques des enfants et de leurs familles, lors de la fourniture de services inclusifs et d'une éducation équitable de qualité :

  1. Politiques relatives aux soins et à la famille : Promouvoir des politiques adaptées aux soins et aux familles et donner la priorité aux programmes au niveau communautaire pour permettre aux familles de s'occuper de leurs enfants handicapés à la maison, ou pour fournir des cadres de soins alternatifs basés sur la famille.
  2. Santé mentale et soutien psychosocial : Les services de soutien sont rendus accessibles aux enfants handicapés et à leurs familles en étant intégrés dans les soins de santé communautaires, les écoles, les services de protection et de justice, et les espaces pour les enfants et les jeunes affectés par les urgences.
  3. Protection contre la violence, les abus et la négligence : Soutenir les systèmes et le personnel de protection de l'enfance pour qu'ils intègrent le handicap et renforcent leurs capacités à prévenir la séparation des enfants handicapés de leur famille, à mettre fin à l'institutionnalisation, à prévenir et à répondre à la violence, à l'exploitation, à la maltraitance, à la négligence et aux pratiques néfastes à l'encontre des enfants présentant différents types de handicap.

Notes aux rédactions :
La Journée internationale des personnes handicapées a lieu le 3 décembre 2021.
Le rapport complet Seen, Counted, Included est disponible ici.
Les ressources multimédia sont disponibles ici