Lutte contre le VIH/SIDA : plus de 850 000 nourrissons sauvés depuis 2005 !

Publié le 29 novembre 2013 | Modifié le 31 décembre 2015

L’UNICEF publie un nouveau rapport montrant les progrès considérables en matière de lutte contre le VIH/SIDA, notamment pour prévenir la transmission du VIH de la mère à l’enfant. En revanche, chez les adolescents, les tendances sont inquiétantes. Ils ont besoin d’un soutien ciblé et d’une mobilisation accentuée à leur égard.

Si les progrès sont significatifs et les points de satisfaction importants dans le cas des nouveau-nés, avec 850 000 vies sauvées depuis 2005, il n’en demeure pas moins que le nouveau rapport 2013 « Enfants et SIDA – Un bilan de la situation » tire la sonnette d’alarme concernant les adolescents. Un âge vulnérable pour lequel l’UNICEF appelle à un redoublement d’efforts, tant aux niveaux national et international.
 
Les décès liés au SIDA chez les adolescents de 10 à 19 ans sont passés de 71 000 en 2005 à 110 000 en 2012, une augmentation de 50 % qui contraste fortement avec les progrès accomplis en matière de prévention de la transmission du virus de la mère à l’enfant. Environ 2,1 millions d’adolescents vivaient avec le VIH en 2012.

Deux millions d’adolescents pourraient éviter l’infection d’ici 2020

Or, avec des fonds supplémentaires et davantage d’investissements dans l’innovation, on pourrait limiter drastiquement les nouvelles infections parmi cette population.
Selon une nouvelle analyse figurant dans le rapport, si l’on investit davantage dans les interventions à fort impact pour arriver à 4 milliards d'euros d’ici 2014, deux millions d’adolescents, et surtout d’adolescentes, pourraient éviter l’infection d’ici 2020. En 2010, les investissements s’élevaient à 2,8 milliards d'euros.
« Si l’on passe à grande échelle les interventions à fort impact dans une approche intégrée, nous pouvons faire diminuer de moitié le nombre de nouvelles infections chez les adolescents d’ici 2020 », a déclaré Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF. « Il importe de toucher de toute urgence les adolescents les plus vulnérables par le biais de programmes efficaces. »
 
Par interventions à fort impact, on entend entre autres les préservatifs, les traitements antirétroviraux, la prévention de la transmission du virus de la mère à l’enfant, la circoncision masculine médicalisée volontaire, les programmes de communication pour modifier les comportements, ainsi que des approches ciblées pour les populations à risque ou marginalisées. Ceci vient s’ajouter aux investissements à faire dans d’autres secteurs comme l’éducation, la protection et l’assistance sociale et le renforcement des systèmes de santé.

« Tout enfant vivant avec le VIH doit avoir accès à un traitement »

Contrairement au manque de mobilisation pour les adolescents, des progrès impressionnants ont été faits en matière de prévention des nouvelles infections au VIH chez les nouveau-nés : 260 000 ont été infectés par le VIH en 2012 contre 540 000 en 2005, soit une baisse de 52%.
« Une génération libérée du SIDA, c’est une génération où aucun enfant ne contracte le virus, que ce soit à la naissance ou tout au long de sa vie. Cela veut dire aussi que tout enfant vivant avec le VIH doit avoir accès à un traitement », a déclaré Michel Sidibé, Directeur général d’ONUSIDA. « La santé et le bien-être des femmes doivent être au cœur des interventions contre le SIDA. Je ne doute pas que nous atteindrons ces objectifs. »
 
L’objectif mondial d’une génération sans SIDA ne sera atteint qu’à condition qu’un nombre plus important d’enfants vivant avec le VIH reçoivent un traitement antirétroviral. En 2012 seuls 34 % des enfants et jeunes de 0 à 18 ans vivant avec le VIH, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, ont reçu le traitement dont ils avaient besoin, contre 64 % des adultes. 210 000 enfants sont décédés de maladies liées au SIDA cette même année.
Des innovations et de nouvelles stratégies rendent le dépistage et le traitement plus accessibles, plus économiques et plus efficaces. L’utilisation des téléphones mobiles en Zambie et au Malawi a par exemple permis à des mères de recevoir le diagnostic du dépistage de leur bébé bien plus rapidement que si les résultats avaient été livrés à la main.
« Nous avons maintenant l’expérience et les outils nécessaires pour arriver à une génération sans SIDA », a affirmé M. Lake. « Les enfants et les adolescents doivent être les premiers à en bénéficier
 
Pour en savoir plus :
Le rapport 2013 « Enfants et SIDA – Un bilan de la situation » (PDF, en anglais)
Le résumé du rapport « Enfants et SIDA – Un bilan de la situation » (PDF, en français)
Toutes nos actualités sur le thème SIDA
Les informations sur notre domaine d’action VIH/SIDA
Une génération sans SIDA : un objectif à portée de main

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions