Malentendants, ils sont dépistés grâce à un legs fait à l’UNICEF

Publié le 31 janvier 2013 | Modifié le 02 février 2016

En Syrie, de nombreux enfants souffrent de surdité sans qu’ils soient dépistés ni pris en charge. Préoccupée par leur avenir, une Française née à Damas a légué à l’UNICEF près de 55 000€, grâce auxquels plus de 1100 enfants ont pu être diagnostiqués sur l’année 2012.

Apprendre à parler, interagir avec les autres, comprendre ce qu’il se passe autour de soi… Difficile de grandir normalement quand on est un enfant sourd ou malentendant, et que personne ne s’en est rendu compte !
 
En Syrie, environ 10% de la population (contre 0,1% à l’échelle mondiale) souffre d’une déficience auditive ; un chiffre en augmentation ces dernières années... Pour autant, aucun dépistage systématique n’est en place dans le pays, et les services existants sont fournis par des personnes non qualifiées, faute de spécialistes… Résultat : les réponses aux besoins spécifiques des enfants sourds sont très limitées. D’autant qu’en raison du conflit qui sévit dans le pays, l’appui de l’UNICEF a dû se tourner en priorité vers la réponse à l’urgence.
 

Dans son testament, les enfants syriens handicapés

 
 
Mireille KALID*, une Française née à Damas, célibataire et sans enfant, a pensé à ces enfants souffrant de handicap. Elle a décidé de faire don de son patrimoine à l’UNICEF France, en désignant notre organisation comme « légataire universel » dans son testament, rédigé avec son notaire, en précisant que les fonds devraient « participer à soulager la misère des enfants handicapés de Syrie ». A la suite de son décès, le notaire a ouvert son testament pour exécuter les volontés de Mireille, telles qu’elle les avait dictées.
 
Après s’être assuré qu’il était possible de répondre à cette volonté sans entraver la pérennité des actions mises en place par le bureau de terrain en Syrie, l’UNICEF France, au travers de son conseil d’administration, a accepté le legs de Mireille, et entrepris de déployer les fonds pour les enfants handicapés syriens.
 

Achat d’appareils, dépistages et formation

 
 
Après de longs mois de recherche pour trouver des acteurs partenaires dans le pays (à ce moment-là en 2010, très peu d’organismes publics et privés travaillaient pour les personnes handicapées en Syrie), l’UNICEF a pu mettre en place un programme de dépistage et de formation sur les déficiences auditives, visant à améliorer la qualité des services locaux.
 
Grâce au don testamentaire de 54 210 € fait par Mireille, du matériel récent a pu être acheté afin de dépister 2 395 enfants de moins de 7 ans dans trois provinces du pays (Quneitra, Lattaquié et Damas). Parmi eux, 1125 enfants ont révélé une forme de surdité et on été référés à des centres spécialisés. Une formation a également été organisée pour renforcer les capacités de 25 ONG locales, afin de systématiser et pérenniser la détection précoce de la surdité et une prise en charge appropriée pour les enfants. Une réelle avancée quand on sait que le dépistage précoce permet de faire reculer l’échec scolaire et les difficultés sociales rencontrées par les enfants !
 
 
 
*Nom et prénom d’emprunt
 

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions