Mayotte : les orphelins de la République

Publié le 03 avril 2012 | Modifié le 23 décembre 2015

Depuis mars 2011, l'île de Mayotte, dans l'archipel des Comores, est devenue un département français d'Outre-Mer. Mais malgré ce statut de département français, la situation des enfants y est préoccupante, tant sur le plan sanitaire que sur le plan juridique. Ceux dont les parents sont originaires d'autres îles comoriennes et considérés en situation irrégulière, sont expulsés, sont nombreux à se retrouver isolés ou pris en charge par des familles d'accueil, en violation patente de la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE), pourtant ratifiée par la France. Un reportage réalisé par Renaud Eletufe pour Médecins du Monde. Ces images font écho à l'Engagement 8 du Manifeste pour l'enfance de l'Unicef.

A Mayotte, la mise en place de soins payants conjuguée à une politique très répressive de l’immigration entrave l’accès aux soins d’une grande partie de la population. Face à ces difficultés d’accès aux soins notamment pour les enfants, Médecins du Monde a ouvert en mars 2009 un centre de soins pédiatriques au cœur du bidonville de Koungou au nord de l’île.

Pour les étrangers en situation irrégulière, les conditions de vie précaires (difficulté d’accès à l’eau, promiscuité…) favorisent les problèmes sanitaires alors que l’accès aux soins est délicat. Jusqu’en 2005, l’accès aux soins était gratuit pour tous, aujourd’hui ils sont payants, et à Mayotte ni l’Aide médicale d’état ni la Couverture médicale universelle ne sont appliquées.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site Internet de Médecins du Monde :
-    Malnutrition infantile à Mayotte, 101ème département français, Communiqué de presse diffusé le 30 mars 2012
-    Mayotte, paroles de sans-papiers, un reportage en 7 épisodes de Renaud Eletufe pour Médecins du Monde

Remerciements à Médecins du Monde et à Renaud Eletufe pour avoir accordé leur autorisation d’utiliser ces images.

En savoir plus

A Mayotte, sur 200 000 habitants recensés, 75 000 sont sans papiers, déclarés étrangers. Presque tous originaires d’autres îles des Comores, ils ont souvent des liens familiaux étroits dans l’île de Mayotte.

En 10 ans (2001-2010), plus de 125 000 personnes ont été expulsées. Les bidonvilles vivent au rythme et dans la crainte des descentes de police. Cette politique de lutte contre l’immigration clandestine ne faiblit pas, et se traduit aussi par une explosion du nombre d’enfants isolés, 5 000 à 6 000.

Autre statistique effrayante, les 75 kilomètres de mer qui séparent Mayotte d’Anjouan seraient devenus l’un des principaux cimetières marins, puisqu’on estime qu’environ 7 000 personnes sont mortes noyées en tentant la traversée sur de frêles barques de pêche, les kwassas-kwassas.

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF