Mozambique : La malnutrition et les maladies mortelles menacent 250 000 enfants déplacés

Publié le 22 décembre 2020

Environ 250 000 enfants ont été déplacés par l'escalade de la crise dans la province de Cabo Delgado, au nord du Mozambique, et sont maintenant exposés au risque de maladies mortelles à l'approche de la saison des pluies, a averti UNICEF aujourd'hui.

Maputo/Nairobi/New York, le 22 décembre 2020 - L'agence des Nations unies pour l'enfance est particulièrement préoccupée par le fait que l'eau potable, les services d'assainissement et d'hygiène sont insuffisants pour répondre aux besoins croissants des enfants et des familles dans les centres d'hébergement temporaires surpeuplés et dans les communautés d'accueil. Ces services doivent être renforcés et étendus de toute urgence pour prévenir l'apparition de maladies d'origine hydrique comme le choléra et la propagation de COVID-19.

« En moins de deux ans, les enfants et les familles de Cabo Delgado ont été confrontés à un cyclone dévastateur, à des inondations, à la sécheresse, à des difficultés socio-économiques liées à la pandémie de COVID-19 et au conflit », a déclaré la directrice générale d'UNICEF, Henrietta Fore. « Alors que les conditions dans la province se détériorent encore - surtout avec le début de la saison des pluies - les systèmes d'eau, d'assainissement et de soins de santé sont de plus en plus mis à rude épreuve. Les partenaires humanitaires sur le terrain doivent renforcer ces services pour protéger la vie et le bien-être des enfants de la région. »     

Des problèmes de santé comme la diarrhée, qui sont faciles à prévenir et à traiter, peuvent être mortels pour les enfants déplacés qui n'ont pas accès à l'eau potable et à des installations sanitaires adéquates. Cela est particulièrement vrai pour les enfants souffrant de malnutrition.

De l'urgence d'agir

Les catastrophes et les conflits liés aux conditions climatiques de ces deux dernières années ont contribué à l'insécurité alimentaire et à la faim dans tout le Cabo Delgado. Deux enfants sur cinq dans la province souffrent de malnutrition chronique et on détecte davantage de cas de malnutrition aiguë sévère parmi la population déplacée.

UNICEF étend son intervention dans le domaine de l'eau et de l'assainissement et soutient les équipes sanitaires mobiles. Ces équipes se rendent dans les communautés et les centres d'hébergement pour vérifier l'état nutritionnel des enfants, leur administrer des traitements vitaux à base d'aliments thérapeutiques pour les cas graves, et orienter les enfants souffrant de complications médicales vers le centre de santé le plus proche. Les équipes de santé mobiles fournissent également des soins de santé réguliers aux femmes, aux mères et aux enfants, en veillant à ce que les services clés tels que les soins prénataux et les cycles de vaccination standard soient respectés.

Les enfants déplacés sont particulièrement vulnérables. Certains peuvent avoir perdu le contact avec leur famille ou se retrouver dans des situations à haut risque qui peuvent les exposer à des violences physiques et psychologiques.  De nombreux enfants ont été témoins ou ont subi des violences extrêmes ou ont même perdu des membres de leur famille proche à la suite de meurtres brutaux et d'enlèvements. Ils ont besoin d'une réponse globale en matière de protection, y compris d'un soutien psychosocial, après avoir vécu de tels événements traumatisants.

Protéger les enfant à tout prix

UNICEF et ses partenaires gèrent des espaces adaptés aux enfants, où les enfants déplacés peuvent participer à des activités dans un environnement sûr et sécurisé, tandis que des animateurs formés peuvent identifier ceux qui ont besoin de soins plus spécialisés. Il est urgent d'étendre le réseau de travailleurs sociaux qualifiés, qui peuvent rendre visite aux enfants survivants et à leurs familles à domicile pour leur offrir un soutien psychosocial et les orienter vers des services de protection et des services sociaux.

En 2021, UNICEF lance un appel de 52,8 millions de dollars US pour répondre aux besoins humanitaires les plus urgents au Mozambique, dont 30 millions de dollars US dans le cadre du Plan de réponse humanitaire pour Cabo Delgado.