Niger, l'UNICEF répond à la crise

Publié le 21 août 2005 | Modifié le 31 mars 2016

L'argent collecté est employé à porter assistance aux enfants souffrant de malnutrition par la fourniture d'aliments et de soins médicaux. L'UNICEF donne aussi des animaux aux communautés afin de prévenir la malnutrition chronique.

Fourniture d'aliments et de soins médicaux

Travaillant en étroite collaboration sur le terrain avec ses partenaires, l'UNICEF a fourni plus de 41 tonnes de lait thérapeutique, 6,7 tonnes d'aliments thérapeutiques et 190 tonnes d'UNIMIX (farine hyperprotéinée). Ces produits ont été distribués à travers le Niger au sein de 10 centres thérapeutiques permanents et de 21 antennes thérapeutiques mobiles.

En collaboration avec le Programme alimentaire mondial, 187 tonnes de mélange maïs-soja et 614 tonnes de céréales ont été livrées à 62 villages touchés par la malnutrition, au profit de 200 000 personnes, dont 40 000 enfants de moins de cinq ans. 900 tonnes de céréales supplémentaires et 6 tonnes de semences (maïs, blé, pommes de terre) sont actuellement distribuées dans 90 autres villages.

Pour soutenir les collectivités locales, l'UNICEF appuie la création de banques de céréales et contribue à la formation d'agents de santé locaux. Une éducation à la nutrition et sur les moyens de faire face aux pénuries est aussi été donnée dans les villages. L'UNICEF fournit également vaccinations et examens médicaux aux enfants.

Au Niger, une femme sur sept meurt en couches. Les équipes médicales itinérantes donnent des conseils de soin prénatal et font passer des examens aux femmes enceintes.«Beaucoup de femmes enceintes sont sous-alimentées et souffrent d'anémie, ce qui représente un risque pour elles au moment de l'accouchement» a indiqué le co-administrateur du programme Santé et Nutrition de l'UNICEF, le docteur Daouda Alfari Dagada. En outre, les jours où les céréales sont distribuées et les vaccinations effectuées, les enfants dont la naissance n'a jamais été déclarée sont inscrits sur les registres de l'état civil.

Dons d'animaux

L'UNICEF Niger a fourni plus de 12 000 chèvres aux communautés de ce pays, aidant ainsi des milliers de familles vulnérables à faire face à la crise alimentaire. Cette stratégie s'intègre dans une logique de prévention des crises alimentaires et permet de renforcer le rôle des communautés.

Les mères peuvent ainsi mieux nourrir leurs enfants avec du lait, du fromage, de la viande et le complément de revenus obtenu grâce aux chèvres. « Je fais du fromage que je vends et lorsque j'aurai assez de chèvres je pourrai en abattre une et vendre la viande. Je consacre l'argent à l'achat de céréales et aussi de médicaments lorsque mes enfants sont malades », indique Safiatou, une mère du village de Safo Nassarawa

L'UNICEF fournit également quelques boucs à chaque village afin d'assurer la reproduction. Les chèvres donnent naissance à trois petits en moyenne, deux fois par an. On dénombre à présent plus de 700 chèvres à Safo Nassarawa. Les familles qui ont obtenu des chèvres peuvent les garder à condition qu'elles donnent leurs deux premiers chevreaux à une autre mère dont les enfants sont sous-alimentés.

À Safo Nassarawa, un groupe de suivi formé par l'UNICEF et composé uniquement de femmes surveille la croissance des enfants et désigne les familles qui profiteraient le plus d'un don de chèvres. Le groupe de suivi donne également aux autres femmes des conseils relatifs aux meilleures pratiques nutritives, notamment l'allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois de vie de l'enfant.

L'UNICEF approvisionne actuellement en chèvres 150 villages de la région de Maradi, épicentre de la crise alimentaire.

Soutenir nos actions