Nord-est de la Syrie : l'UNICEF apporte une aide vitale aux enfants et aux familles déplacées

Publié le 28 janvier 2022

Près de 45 000 personnes ont fui la violence à Ghwayran, dans le nord-est de la Syrie.

Damas, le 27 janvier 2022 - Alors que la violence se poursuit dans et autour du centre de détention de Ghwayran, dans le nord-est de la Syrie, les enfants continuent d'être extrêmement vulnérables et ont un besoin urgent de protection.

La violence a forcé près de 45 000 personnes de la région à fuir, la plupart étant des femmes et des enfants. Certains ont été déplacés plusieurs fois, fuyant les violences dans d'autres régions de Syrie au fil des ans.

« Les combats doivent cesser pour le bien des enfants de la prison et des environs », a déclaré Bo Viktor Nylund, représentant de l'UNICEF en Syrie.

Une semaine après le début des violences, certaines des principales routes sont toujours fermées, ce qui perturbe la circulation et l'acheminement des fournitures essentielles.

L'UNICEF est sur le terrain, en collaboration avec ses partenaires, pour fournir aux enfants déplacés et à leurs familles une aide vitale, notamment de l'eau potable et des fournitures d'hygiène essentielles.

Des enfants effrayés

Les bénévoles de l'UNICEF ont aidé les gens à atteindre les abris et les cliniques et ont distribué de la nourriture, des couvertures, des matelas, des vêtements et des médicaments. Ils ont également distribué des documents sur les risques liés aux munitions explosives afin de sensibiliser les garçons et les filles dans les abris et de les garder en sécurité.

Une équipe mobile de santé et de nutrition soutenue par l'UNICEF fournit des services et des médicaments aux enfants vulnérables et à leurs mères. Jusqu'à présent, l'équipe a fourni des consultations médicales et des médicaments gratuits ; elle a examiné les enfants, les femmes enceintes et les mères allaitantes ; et elle a fourni aux enfants souffrant de malnutrition des aliments complémentaires prêts à l'emploi.

L'UNICEF fournit des informations aux familles sur la manière de prévenir la séparation et d'apporter un soutien psychosocial aux enfants et aux soignants. Jusqu'à présent, neuf enfants séparés et non accompagnés ont été identifiés. Ils ont été séparés de leurs familles en cours de route et ne savent pas où sont leurs parents.  

« Les enfants dans les abris étaient effrayés après les horreurs dont ils ont été témoins. Les familles nous ont dit que les enfants faisaient des cauchemars et faisaient pipi au lit. C'est une expérience éprouvante pour eux, et il est clair qu'ils ont un besoin urgent de protection et d'assistance », a ajouté Bo Viktor Nylund.

L'UNICEF continue de demander à toutes les parties présentes dans le nord-est de la Syrie de protéger tous les enfants à tout moment. L'UNICEF exhorte tous les États membres concernés à prendre des mesures urgentes et responsables dans l'intérêt supérieur des enfants et à ramener les enfants et leurs mères dans leur pays d'origine.

L'UNICEF demande une fois de plus la libération immédiate des enfants dans le centre de détention et un accès sans entrave à ces derniers pour des soins et une assistance d'urgence.

Notes aux rédactions :
La station d'eau d'Alouk est opérationnelle et fournit de l'eau à la ville d'Al-Hasakeh.
L'approvisionnement en eau du quartier de Ghwayran a été suspendu le 24 janvier et a été détourné vers les zones accueillant un grand nombre de personnes déplacées. L'UNICEF mobilise des camions-citernes et a livré 24 000 litres d'eau potable propre et sûre à environ 2000 personnes. Des fournitures d'hygiène essentielles - notamment des seaux, du savon, des comprimés de purification de l'eau et du désinfectant - ont été fournies.