Pakistan : l’Unicef et le PAM appellent à plus de soutien

Publié le 01 septembre 2010 | Modifié le 31 août 2015

Anthony Lake et Josette Sheeran sont intervenus à la suite d’une visite commune à Muzzafargarh, dans la province du Punjab, l’une des zones les plus affectées du pays.

 

 

 «Une triple menace pèse sur la population tandis que la crise s’aggrave et s’intensifie», a expliqué Mme Sheeran avant d’insister sur le fait que «la population a perdu ses semences, ses récoltes et ses revenus». D’après elle, «la population est davantage susceptible de souffrir de la faim, de l’absence de domicile et de désespoir». Mme Sheeran a été catégorique : « la situation est extrêmement grave. Nous devons urgemment continuer à renforcer notre engagement envers la population pakistanaise.»

Lors de cette visite de terrain, Anthony Lake et Josette Sheeran se sont rendus dans une école reconvertie en centre humanitaire d’urgence, où les familles sinistrées ont pu recevoir des kits d’hygiène de l’Unicef.

Ils ont aussi assisté à une distribution de nourriture du PAM comprenant notamment des aliments spécialisés prêts à l’emploi pour prévenir la malnutrition chez les bébés et les jeunes enfants. Le PAM a atteint 750 000 enfants et leur a distribué des compléments alimentaires. De plus, près de 3 millions de personnes ont reçu une ration alimentaire pour une durée d’un mois. Les taux de malnutrition dans la zone des inondations étaient déjà élevés avant le sinistre. Avec les déplacements massifs de population, les jeunes enfants sont encore plus exposés aux risques de maladies liées à la consommation d’eau insalubre.

 

Eviter une seconde vague de maladies

 

«Nous devons intensifier nos actions afin d’éviter une seconde vague de maladies et de misère pour des millions de familles, et particulièrement les plus vulnérables : les femmes et les enfants», a dit M. Lake. «Nous sommes ici aujourd’hui et pour longtemps, car nous planifions déjà la phase de transition vers la reconstruction».

L’Unicef atteint actuellement environ deux millions de personnes et leur fournit de l’eau potable tous les jours, ainsi que des produits d’hygiène et une assistance en matière d’assainissement. Le but est d’éviter une flambée épidémique grave.

Alors que le PAM et l’Unicef concentrent tous leurs efforts pour sauver des vies et que les populations continuent de fuir les eaux de crue, les deux agences ont déjà commencé à mettre en place des projets pour réparer les puits tubulaires et autres infrastructures importantes. Elles viennent également en aide aux paysans dans leurs premiers efforts pour retrouver leur terre et préparer la   prochaine saison agricole.

Retrouvez ici le témoignage de Luc Chauvin sur la situation du Sind.

 

 

Comment nous aider :

Faites un don

Relayez notre message en téléchargeant notre kit de communication.

Soutenir nos actions