Pakistan : la survie des enfants est primordiale mais les fonds manquent

Publié le 27 octobre 2005 | Modifié le 31 août 2015

La Directrice Générale de l’UNICEF se rend au Pakistan ce week-end

A la veille d’un voyage de deux jours dans la zone dévastée du Nord Pakistan, la directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman a exprimé aujourd’hui sa préoccupation à l’égard des dizaines de milliers d’enfants de cette zone reculée qui font face à de gros risques. Elle a également lancé un appel d’urgence pour plus de fonds afin de répondre à la crise.

« La situation est très sérieuse pour les enfants, particulièrement pour les plus isolés, ceux à qui l’aide n’est pas encore parvenue » a-t-elle déclaré. « Nous ne pouvons pas tourner le dos à ces enfants. Leur santé et leur survie dépendent du soutien qu’ils reçoivent du monde entier. »

Mme Veneman a indiqué que son voyage était destiné à attirer un regain d’attention sur les enfants victimes du séisme. « Un gigantesque effort a été accompli pour l’instant, mais il faut faire plus, » a t-elle ajouté. « Je veux voir la situation au plus près et attirer l’attention sur l’importance de garder les enfants en vie. »

Selon l’UNICEF, une aide suffisante a été déployée dans les vallées moins élevées et a permis aux survivants d’avoir des abris temporaires. Mais des communautés demeurent isolées ailleurs, sans secours, dans le plus grand dénuement.

Mme Veneman a affirmé qu’il était probable que des enfants meurent malgré les efforts du gouvernement, des organismes de secours et des communautés locales. « Il n’y a tout simplement pas assez de ressources sur le terrain pour prévenir des morts inutiles, » a-t-elle affirmé. « Dans la zone du séisme, avec l’hiver qui arrive, nous craignons que les difficultés d’accès se traduisent en mort d’enfants. »

Mme Veneman s’envolera vers la zone du séisme dimanche où elle rendra visite aux communautés touchées. Elle visitera des camps, des écoles temporaires financées par l’UNICEF, des points d’eau et d’autres sites aux alentours de Muzaffarabad. Lundi, elle rencontrera les officiels du gouvernement pakistanais ainsi que les responsables de l’opération d’aide internationale.

Ann M. Veneman a insisté sur le fait qu’au-delà de l’opération d’urgence, le retour des enfants à l’école est une priorité. « Les enfants ont besoin de retrouver les salles de classe, de s’intéresser à des choses positives, » a t-elle ajouté. « L’école est un lieu où les enfants et la communauté entière peuvent reconstruire leur avenir, et nous devons tous soutenir cela. »

L’UNICEF France a déjà collecté 170 000 euros grâce à la générosité des Français et a envoyé une seconde contribution de 200 000 euros pour financer les actions sur le terrain, portant à 400 000 euros le soutien de l’UNICEF France. L’UNICEF a lancé un appel de fonds de 92,5 millions de dollars afin de répondre aux besoins des enfants et de la population touchée par le séisme.

Pour faire un don :
UNICEF / Séisme Pakistan
BP 1000
75006 Paris
www.unicef.fr

 

Soutenir nos actions