Pakistan : les inondations s’intensifient dans le sud

Publié le 01 septembre 2010 | Modifié le 31 août 2015

Cinq semaines après le début des inondations au Pakistan, l’Unicef craint que la catastrophe ne prenne encore de l’ampleur car la mousson n’est pas finie. Malgré une relative accalmie dans le nord du pays, c’est désormais dans le sud que la catastrophe s’amplifie.


 
 
Les inondations qui avaient commencé dans le nord se sont ensuite dirigées vers le sud du Pakistan. Après la province du Pendjab, c’est celle du Sind qui est désormais très affectée par la catastrophe. Des dizaines de personnes sont mortes à la suite de maladies liées à l’eau. Quant aux sinistrés qui ont survécu au désastre, ils se retrouvent sans rien.

Nous avons contacté par téléphone Luc Chauvin, conseiller régional Unicef pour les urgences Asie-Pacifique. Il est actuellement à Sukkur, dans la province du Sind, au sud du Pakistan. Son bilan est alarmant.
 

 
 
 Pouvez-vous décrire la situation dans le Sind, 5 semaines après le début des inondations ?
« Un spectacle hallucinant de désolation. »

 

Quelles sont les contraintes auxquelles l’aide humanitaire est confrontée actuellement ?
« Un mois après le début des inondations, on n’arrive pas à atteindre certaines personnes. »

 

Après plusieurs semaines de mobilisation, comment s’organise l’aide humanitaire sur l’ensemble du pays désormais ?
« On est dans différentes phases d’intervention selon les endroits où on se trouve. »

Retrouvez ici l'article sur l'intervention de Daniel Toole, directeur régional d'Asie du sud.

Comment nous aider :

Faites un don

Relayez notre message en téléchargeant notre kit de communication.

 

Soutenir nos actions