Pakistan : l'hygiène au centre de l’attention

Publié le 08 octobre 2010 | Modifié le 31 août 2015

Dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, dans le nord-ouest du Pakistan, le niveau de la Swat est retourné à la normale. Mais les signes des dégâts provoqués par les inondations sont très visibles. Infrastructures, écoles, établissements médicaux et systèmes de distribution d'eau et d'assainissement sont sérieusement détériorés. Ce qui pose de nombreux problème de santé publique.

 

 

Dans les zones inondées de la province de Khyber Pakhtunkhwa, au nord-ouest du Pakistan, la crise est devenue de plus en plus complexe. Dans le district de Malakand, les femmes et les enfants - particulièrement les filles - étaient déjà privés d'accès aux services de base de santé et d'éducation, en raison du conflit antérieur. La crise provoquée par les inondations a entraîné une panne des réseaux de communication et de leurs infrastructures, rendant ce groupe, déjà vulnérable, encore plus difficile à atteindre lors d'opérations essentielles à sa survie. 


À présent cependant, la réouverture des écoles offre à de nombreux enfants un retour à une routine quotidienne et à la normale
. « Je suis heureuse que l'école ait rouvert », dit Zarbakhta, une mère de cinq enfants, dont la fille, Maria, 9 ans, vient juste d'entrer en troisième année à l'école primaire publique d'Islampur.  Bien que Zarbakhta ne soit elle-même jamais allée à l'école, elle comprend l'importance de faire faire des études à ses enfants, particulièrement à sa fille.

 

L’Unicef fait de l’hygiène une priorité

 

La directrice de l'école d'Islampur a animé une réunion récente de parents d'élèves et d'enseignants au sujet de l'impact des inondations sur la santé des femmes et des enfants, dont beaucoup souffrent d'infections cutanées. Et alors que l'hiver approche, les maladies respiratoires sont endémiques.

Dans leur salle de classe, Maria et ses camarades ont écouté Zainab Khatoon, agent pour la promotion de l'hygiène. Il fait partie d’une ONG partenaire de l'Unicef travaillant sur l'eau, l'assainissement et l'hygiène à Malakand. Pendant le cours sur l'hygiène, Zainab Khatoon souligne l'importance des bonnes habitudes en matière d'hygiène : se laver les mains avec du savon, utiliser correctement les latrines et boire de l'eau potable. Après le cours, toutes les filles reçoivent une trousse d'hygiène afin d'encourager de bonnes habitudes à l'école et chez elles. Un autre partenaire de l'Unicef, contribue à la distribution de trousses d'hygiène familiale et organise des cours de promotion de l'hygiène pour les hommes.

 

Insister sur l’eau

 

L’Unicef soutient les opérations fondées sur des programmes d'eau, d'assainissement et d'hygiène. Ainsi,une soixantaine d’écoles ont bénéficié de la distribution de 9000 trousses d'hygiène pour les élèves, de l'installation de 30 pompes manuelles, de la remise en état de 30 sources d'approvisionnement en eau, de 120 latrines et de 120 points de lavage pour les mains, etc. En parallèle, 250 enseignants et 200 enseignants intérimaires ont été formés à la promotion de l'hygiène. Une façon de faire évoluer les comportements, en vue d’améliorer la santé pour tous, sur le long terme.
 

Soutenir nos actions