Philippines, un mois après la catastrophe : le premier bilan

Publié le 10 décembre 2013 | Modifié le 07 septembre 2015

Un mois après le passage du typhon Haiyan aux Philippines, l’UNICEF dresse un lourd bilan de cette catastrophe. Aujourd’hui, on estime à 16 millions le nombre de personnes affectées dont 6,4 millions sont des enfants. Santé, nutrition, eau et assainissement, éducation, protection… Tour d’horizon de nos domaines d’action.

Souvenez-vous aux premiers jours après la catastrophe qui a frappé les Philippines… On estimait que 1,7 million d’enfants étaient victimes du passage du typhon Haiyan au tout début de l’urgence, puis 4,6, ensuite 5,4, et maintenant ce sont 6,4 millions d’enfants affectés !
Ce nombre grandissant d’enfants à prendre en charge s’accompagne d’un appel au don d’urgence que l’UNICEF a relancé à maintes reprises. Et c’est grâce à votre soutien et vos dons, que l’UNICEF peut dresser un premier bilan encourageant de son action, un mois après le passage du typhon.
La mobilisation doit toutefois perdurer.

Santé : priorité parmi les priorités

« Cela fait toujours un pincement au cœur de voir des enfants pleurer lorsqu’ils se font vacciner, quand la seringue perce leurs bras. Mais il est étonnant de ne pas voir une seule larme tombée des yeux de mon petit Justin Max (3 ans) quand c'était son tour. J'avais l'impression qu'il savait que la vaccination est quelque chose d'important et il avait besoin d'être fort », Maria May, mère de deux enfants.
 
Plus de 10 000 enfants ont été vaccinés contre la polio et la rougeole et plus de 9 000 ont reçu des suppléments en vitamine A grâce à la mise en place d’une vaste campagne de vaccination par le gouvernement des Philippines en collaboration avec l’UNICEF, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et d’autres partenaires. La campagne se poursuit pour atteindre d’avantage d’enfants affectés par le typhon. L’UNICEF a fourni des vaccins à hauteur d’1,5 million d’euros. Avec le soutien de l’OMS, l’UNICEF a rétabli la chaîne du froid, essentielle pour maintenir les vaccins à la bonne température.

Nutrition : objectif de 100 000 enfants à prendre en charge

L’UNICEF et ses partenaires ont assuré le dépistage de la malnutrition parmi 21 000 enfants de moins de 5 ans dans les Visayas, l’une des trois zones principales de l’archipel des Philippines. Parmi eux, 172 sont atteints de malnutrition aigue sévère et 531 de malnutrition aigue modérée. L’UNICEF et ses partenaires prennent en charge ces enfants qui ont besoin d’une assistance d’urgence. Les mères et leurs enfants bénéficient de 11 tentes installées dans 2 régions et 9 groupes de soutien. Près de 1 000 femmes enceintes et allaitantes ont reçu des soins et un accompagnement.

Eau et assainissement : l’apport d’une expertise technique

« L'accès aux installations sanitaires et au savon pour se laver les mains, est une chose fondamentale non pas parce qu'il prévient la maladie, mais parce qu’il permet de maintenir la sécurité, celle des enfants et surtout leur dignité », Dr. Michael Emerson Gnilo, spécialiste UNICEF pour l’eau, l’hygiène et l’assainissement.
 
Dès la première semaine qui a suivi le passage du typhon, l’UNICEF, en collaboration avec le gouvernement et des partenaires du développement, a contribué à la restauration des services d’approvisionnement en eau pour venir en aide à 200 000 personnes à Tacloban, en assurant la réparation et la maintenance des générateurs. L’UNICEF a aussi distribué des produits de traitement des eaux usées, des réservoirs et conteneurs à destination de 360 000 personnes dans les régions affectées. Par ailleurs, l’UNICEF a fourni des toilettes mobiles pour 25 000 personnes. À Tacloban, les partenaires de l’UNICEF ont distribué des kits d’hygiène familiaux pour 100 000 personnes.

 

Éducation : le retour indispensable à l’école

« Je suis heureuse de retourner à l’école car je découvre que mes copains de classe ont survécu », Alexa, 8 ans.
 
Une campagne de retour à l’école, menée par le gouvernement des Philippines en collaboration avec Save the Children et d’autres partenaires, a débuté le 2 décembre 2013 dans les régions affectées. Près de 8 000 enfants sont retournés à l’école au sein d’espaces temporaires d’apprentissage mis en place par l’UNICEF et équipés par du matériel scolaire pour les enfants âgés de 6 ans et plus (dont des fournitures de bureau, matériel de lecture, des outils d’arithmétiques) et des kits récréatifs.
 
À ce jour, plus de 30 tentes-écoles de 72m² ont été installées dans l’Est de Samar et Leyte pour assurer la classe, en plus de la distribution de plus de 100 kits de développement de la petite enfance et près de 120 kits récréatifs. 51 tentes-écoles supplémentaires et 76 kits récréatifs ont été acheminés à Cebu pour installation et distribution immédiate à Roxas, Leyte et l’Est de Samar. Chacun de ces espaces temporaires d’apprentissage peut accueillir trois sessions de cours pour 100 enfants. L’équipe UNICEF «Eau, hygiène et assainissement» a assuré une coordination étroite avec le secteur éducatif pour que ces structures soient dotées d’installations d’eau et de lavage des mains ainsi que de toilettes pour filles et garçons.

 

Protection : vers la reconstruction de l’enfant

« Les enfants qui ont survécu au typhon continuent de faire face à de nombreux dangers. Une attention urgente est nécessaire pour les protéger de la séparation de leurs familles, de la traite, d'abus physiques et sexuels, d'exploitation et pour les emmener sur le chemin du retour à l’école » Tomoo Hozumi, représentant de l’UNICEF Philippines.
 
L’UNICEF a soutenu la mise en place de 75 « espaces amis des enfants » qui permettent aux enfants de bénéficier d’un espace sûr et vital, pour jouer, recevoir un soutien psychologique et des soins de santé.
À Leyte et Tacloban, 100 employés des services nationaux et locaux de la Protection des femmes et des enfants ont été formées à l’identification, la documentation, l’enregistrement et la réunification des enfants non accompagnés et séparés de leurs familles. L’utilisation des téléphones portables, d’applications mobiles et du système de stockage des données RapidFTR (Family Tracing and Reunification - Recherche et Réunification des Familles) permettent de collecter, trier et partager des renseignements complets sur ces enfants pour les protéger et les rendre à leurs familles, comme cela a déjà été le cas dans la région de Tacloban et à l’Est de Samar.

Équipes de l’UNICEF : des renforts de spécialistes

«Je travaille sur des situations d'urgence depuis plus de 15 ans maintenant, et je pensais sérieusement que j'avais tout vu. Mais lorsque j’ai découvert l’ampleur des dégâts en survolant la ville de Tacloban la première fois, j'étais dans un état de choc» Nonoy Fajardo, spécialiste des situations d’urgence de l’UNICEF Philippines.
 
Depuis le 2 décembre 2013, l’UNICEF a renforcé ses équipes avec l’arrivée de 90 personnes supplémentaires aux Philippines spécialisées dans les secteurs de l’eau, l’hygiène et l’assainissement, de la protection, de la nutrition et de l’éducation. Parmi elles, plus de 80 sont sur le terrain dans les zones les plus affectées par la catastrophe, notamment Tacloban, Guiuan, Cebu et Roxas.
 
Les besoins financiers de l’UNICEF s’élèvent à 45,5 millions d’euros pour apporter une assistance humanitaire immédiate aux enfants et leurs familles victimes de la catastrophe.
 
On le répète jamais assez, vos dons sont précieux pour leur venir en aide et soutenir nos actions.
Aidez-nous, aidez-les.

 
Pour en savoir plus :
Toutes nos actualités sur les Philippines
Philippines : au cœur du défi logistique de l’aide humanitaire
Urgence Philippines : vacciner les enfants au plus vite
Un nouvel espace d’accueil pour les enfants philippins à Tacloban
Kit de mobilisation : urgence typhon aux Philippines
_______________________________________________________________________
Les besoins financiers pour l'urgence aux Philippines sont couverts pour l'année 2014.
MERCI !
Grâce à la générosité de ses donateurs, le Comité français pour l’UNICEF (UNICEF France) a collecté 3 millions d'euros en France en faveur des enfants victimes du typhon qui a frappé les Philippines le 8 novembre dernier. Ces sommes ont permis aux équipes de l'UNICEF sur place et à leurs partenaires de couvrir les besoins immédiats et de contribuer à la remise sur pied des services de base, dans le cadre du mandat de notre organisation.
 
Les besoins financiers pour cette crise ayant été couverts pour 2014 grâce à un formidable élan de solidarité international, et conformément aux engagements stipulés dans ses appels aux dons lors d’urgences, l'UNICEF France a décidé de réallouer 21% de cette somme aux enfants et familles affectés par le conflit en République centrafricaine.
 
En effet les conséquences humanitaires de grande ampleur des violences intercommunautaires (déplacements de populations, maladies, malnutrition, etc.) nécessitent la mise en œuvre de programmes de secours et de protection massifs par l'UNICEF et les acteurs de l'aide. Ces efforts vitaux sont aujourd'hui sous-financés, c'est pourquoi l'UNICEF France appelle ses donateurs à se mobiliser.

Soutenir nos actions