Plus d’un milliard d’enfants dans des zones de conflits armés

Publié le 02 juillet 2009 | Modifié le 26 mai 2015

Selon un récent rapport, l’impact des conflits armés sur les enfants et les adolescents n’a jamais été aussi néfaste qu’aujourd’hui. Les guerres ont des répercussions sur le quotidien des jeunes mais aussi sur leur avenir.

En 1996, Graça Machel publiait son Étude sur l’impact des conflits armés sur les enfants. Dans cet état des lieux, l’ardente défenseuse des droits des mineurs, pointe du doigt l’insuffisante protection des millions d’enfants victimes de la guerre. Plus de 10 ans après, l'Unicef et la représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Radhika Coomaraswamy, rendent public un nouveau rapport. Un constat : des succès remarquables accomplis depuis 1996… mais encore beaucoup de chemin à parcourir. Au fil des années, la communauté internationale a développé un solide cadre de protection juridique et des normes internationales pour empêcher le recrutement d’enfants dans les conflits armés et assurer leur réintégration dans la société civile. Les enfants restent tout de même meurtris par ces situations de guerre. Ils sont affectés par la prolifération des armes de petit calibre et des groupes armés mais aussi par les mines terrestres et les engins non explosés, ainsi que par le terrorisme et les mesures anti-terrorisme. Certains sont recrutés comme combattants, d’autres sont visés lors d’attentats contre des écoles ou des hôpitaux. Filles et garçons sont vulnérables et il n’est pas rare que le viol soit utilisé comme arme de guerre. Le nouveau rapport Machel estime qu’aujourd’hui plus d’un milliard de jeunes de moins de 18 ans vivent dans un pays ou un territoire affecté par un conflit armé. Soit près d’un sixième de la population mondiale totale. Parmi ces jeunes, plus de 18 millions sont déplacés ou réfugiés. Et environ 300 millions ont moins de 5 ans.
Des conséquences à long terme
La guerre viole toujours les droits de l'enfant : droit à la vie, droit de vivre dans une famille unie, d'être protégé de toute violence et maltraitance, de recevoir une aide humanitaire. Les conflits armés ont également des conséquences sur la santé et sur l’éducation de ces enfants. Les enfants des pays en guerre sont plus susceptibles d’être privés d’école ou de ne pas avoir accès à l’eau potable que les enfants vivant dans un pays en paix. Maladies et malnutrition sont aussi les conséquences des conflits armés. Sans école, sans des soins appropriés, les enfants qui grandissent dans ce contexte chaotique auront donc moins de chances que les autres de devenir des adultes jouant un rôle constructif dans la société. Les guerres mettent leur avenir en danger. « Des progrès ont été accomplis dans l'amélioration, au plan international, de la protection juridique des enfants dans les conflits armés, a affirmé Ann M. Veneman, Directrice générale de l'UNICEF. Les enfants que la guerre a privés de leur enfance ne devraient pas subir également la perte de leur avenir.» Etats, institutions des Nations unies et société civile sont donc appelés à redoubler d’efforts pour protéger les enfants des conflits armés.

Soutenir nos actions