Profiter des ateliers philo pour sensibiliser les enfants à leurs droits

Publié le 18 janvier 2007 | Modifié le 19 août 2009

Une centaine d’enseignants étaient rassemblés le 17 janvier au Centre régional de documentation pédagogique (CRDP) pour une discussion sur les ateliers philo à l’école primaire.

Dominique Pellan, de l’IUFM de Paris, a présenté une méthode pour faire émerger une question philosophique à partir d’un texte lu par les élèves et pour animer le débat qui en résulte.

Michèle Vriez, directrice d’école dans le XIVe arrondissement de Paris, a témoigné de la difficulté d’animer un atelier philo mais également des bénéfices qu’en tirent les élèves.

Enfin, François Galichet, de l’IUFM d’Alsace, a présenté la mallette pédagogique Les petits débats philo. Production des éditions Belin et de l’Unicef, elle comporte une dizaine de fiches qui permettent d’aborder en classe les droits de l’enfant : « Que signifie être exploité ? », « Les adultes ont-ils toujours raison ? » ou encore « Garçons et filles sont-ils égaux ? ». Chaque fiche aide l’enseignant, en cadrant les enjeux du thème, les objectifs du débat, son déroulement, et en proposant des prolongements (documents, bibliographie).

Réactions

« J’animais déjà des ateliers philo en tant qu’instituteur. Maintenant, j’interviens une après-midi par semaine dans l’école dont j’ai la direction. Je le fais par goût et par conviction. Les enfants ont besoin d’un vrai temps de parole, ils ont besoin de savoir que l’on peut réfléchir sur ses actes, ils ont besoin, enfin, d’une ouverture sur le monde (ce qui développe chez eux le sens du respect). Pour l’adulte, l’atelier est aussi un plus, une façon pour lui "d’apprendre à ce que l’on apprenne sans lui" ».
Bernard, directeur d’une école élémentaire, Paris XVIIIe.

« Je n’ai jamais animé d’atelier philo. J’ai assisté à plusieurs d’entre eux. Sur le principe, je suis méfiante. Quelle est la culture philosophique des enseignants ? Comment éviter le risque de manipulation ? La mallette pédagogique de l’Unicef offre un cadre. Mais que va répondre l’enseignant à un enfant qui pose une question imprévue ? C’est le côté psy qui me gêne ».
Brigitte, conseillère pédagogique à la retraite, Paris.

« Les fiches que je propose sont le produit d’une collaboration, qui a très bien fonctionné, avec l’Unicef. Je reconnais qu’elles ont une dimension "éducation civique", mais la citoyenneté est un problème philosophique. Elles ont leur place dans un atelier philo. L’atelier est une manière différente d’enseigner. En aucun cas, il ne doit se transformer en leçon. C’est une manière de transformer l’école, en donnant davantage la parole à l’enfant. Les fiches offrent un garde-fou – les enjeux de chaque débat sont précisés – tout en laissant une grande place à la liberté ».
François Galichet, IUFM d’Alsace, auteur de la mallette pédagogique.

Commander la mallette pédagogique

Soutenir nos actions