Protéger la mère, c’est protéger le futur enfant

Publié le 03 mars 2014 | Modifié le 31 mars 2016

À l’occasion de la Journée internationale de la femme, le 8 mars, nous vous invitons à la découverte d’un programme de soins obstétricaux au nord du Cameroun. Grâce à vos dons, les femmes camerounaises accouchent dans de meilleures conditions, préservant ainsi la survie et la santé de leurs bébés.

Au Cameroun, les femmes en âge de procréer (de 15-49 ans) et les enfants de moins de 5 ans représentent plus de 40% de la population. La situation socio-sanitaire de la mère et de l’enfant est préoccupante : seules 6 femmes sur 10 bénéficient des 4 consultations prénatales recommandées par l’Organisation Mondiale de la Santé, et seulement 61% des accouchements sont assistés par du personnel qualifié. Entre 2004 et 2011, le taux de mortalité maternelle a même augmenté, passant de 669 à 782 décès pour 100 000 naissances vivantes.
C’est pourquoi depuis 2011, l’UNICEF développe un programme de soins obstétricaux dans les régions du Nord et de l’Adamaoua où les taux de mortalité infantile sont parmi les plus élevés du pays. Objectif : réduire la mortalité maternelle et néonatale, en améliorant l’accessibilité et la qualité des services de santé maternelle, dont les soins d’urgence.
 
En effet, puisque l’amélioration de la santé maternelle renforce les chances de survie et favorise le développement du jeune enfant, l’action de l’UNICEF en matière de santé maternelle est essentielle.

Un programme ambitieux sur 3 ans

En zone rurale, 44% seulement des naissances ont lieu dans une structure de santé. C’est insuffisant. Lutter contre les inégalités territoriales est donc l’une des priorités de ce programme au Cameroun. Un programme ambitieux sur 3 ans (2011-2014) avec un budget de 600 000 euros, dont bénéficient près d’ 1,2 million de personnes !
Mères, nouveau-nés, professionnels de santé, prestataires de soins… Le projet couvre un large champ de bénéficiaires à travers ces principales activités : la formation du personnel de santé et d’agents communautaires, la fourniture d’équipements et de médicaments, la diffusion de messages de promotion des pratiques familiales essentielles (allaitement, vaccination, lavage des mains, etc...) et de prévention des principaux problèmes de santé de la mère et de l’enfant.
À titre d’exemple, 8 écoles de sages-femmes ont été ouvertes en 2011. La première promotion de sages-femmes obtiendra son diplôme en août 2014.

Des progrès rendus possibles grâce à vos dons…

Depuis le lancement de ce programme, la mortalité maternelle a diminué dans les zones ciblées ! Cette baisse a notamment été rendue possible par le nombre de femmes enceintes suivies et prises en charge jusqu’à leur accouchement qui a été multiplié par 6, un chiffre particulièrement encourageant. De plus, cette baisse s’explique par le fait que davantage de femmes bénéficient des 4 consultations prénatales recommandées par l’OMS, et accouchent dans des structures de santé avec du personnel qualifié.

… mais aussi grâce au soutien de la Fondation Sanofi Espoir

Dans le cas du programme de soins obstétricaux au Cameroun, le financement est assuré à la fois grâce à vos dons et au soutien financier de la Fondation Sanofi Espoir en vertu de son engagement contre la mortalité maternelle et néonatale. C’est la combinaison des deux financements qui permet aujourd’hui de réduire très fortement la mortalité maternelle dans les régions du Nord et de l’Adamaoua au Cameroun.
 
Merci de votre soutien !
 
Pour en savoir plus :
Mortalité infantile : d'énormes progrès, mais beaucoup reste à faire
Le rapport 2013 de l'UNICEF sur la mortalité infantile (PDF)
Santé maternelle, des défis à relever

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions