RCA : l’UNICEF appelle toutes les parties à protéger les enfants

Publié le 02 avril 2013 | Modifié le 31 mars 2016

La vie de 600 000 enfants est sérieusement affectée par le conflit en cours en République centrafricaine. L’UNICEF appelle toutes les parties prenantes à poser les armes et s’assurer du bien-être des enfants.

Alors que les Nations unies et l’UNICEF ont temporairement relocalisé leurs équipes non-essentielles au Cameroun voisin après la prise de contrôle par les rebelles de ce pays pauvre, plus de 60 personnels de l’UNICEF travaillent toujours en Centrafrique pour fournir de l’aide aux enfants.
 
Mais les défis sont nombreux. Le blocage des routes, la présence de groupes armés et le risque potentiel de pillage et d’attaques empêchent la distribution massive de fournitures.
 
Même avant le début des troubles, on estimait pour cette année 2013 à environ 13 500 le nombre d’enfants qui souffriraient de malnutrition mettant en jeu le pronostic vital. La plupart des médecins sont partis et de nombreux centres de santé sont fermés et pillés.
 

Manque de soins, écoles fermées, enfants en danger

 

Au cours de ces trois derniers mois, les soins de santé basiques, les services d’éducation et de nutrition ont été interrompus dans de nombreuses communautés des zones contrôlées par les rebelles. Durant ses missions à Kaga-Bandoro, Bossangoa et Bambari au cours du mois de mars, l’UNICEF a constaté une pénurie en médicaments vitaux dans les trois villes.
 
Avec les fermetures d’écoles et les professeurs absents, ce sont au moins 166 000 enfants qui n’ont plus accès à l’éducation.
 
D’autres risques majeurs menacent les enfants, notamment le recrutement dans des groupes armés et les violences sexuelles. Les plus vulnérables sont les enfants qui ont perdu leurs maisons, ont été séparés de leurs familles ou ont été associés auparavant à des groupes armés. Même avant la crise actuelle, l’UNICEF estime qu’environ 2 500 enfants, filles et garçons, ont été associés de force à des groupes armés en République centrafricaine.
 
 

Manque de fonds pour leur venir en aide

 
 
Depuis janvier, l’UNICEF a apporté plus de 70 tonnes de fournitures, incluant des médicaments, des tablettes de purification d’eau, des kits de cuisine, des bâches de protection, des moustiquaires et d’autres articles ménagers essentiels.
 
L’UNICEF a besoin de 8,48 millions d’euros pour fournir une aide vitale aux familles touchées par le conflit. Avant le début de la crise, les agences humanitaires avaient lancé un appel à hauteur de 98,55 millions d’euros à destination de l’assistance d’urgence pour 2013. Seulement 1% de cette somme a été réunie.

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions