Réouverture des écoles en Afghanistan : les filles ne doivent pas être laissées de côté

Publié le 18 septembre 2021

Déclaration de la directrice générale d'UNICEF Henrietta Fore

New York/Kaboul, le 17 septembre 2021 – « UNICEF se félicite de la nouvelle selon laquelle les écoles secondaires d'Afghanistan seront ouvertes demain après avoir été fermées pendant des mois à cause de la COVID-19.

Nous sommes cependant profondément inquiets du fait que de nombreuses filles pourraient ne pas être autorisées à revenir à ce moment-là.

Les filles ne peuvent pas, et ne doivent pas, être laissées pour compte. Il est essentiel que toutes les filles, y compris les plus âgées, puissent reprendre leur éducation sans attendre. Pour cela, nous avons besoin que les enseignantes reprennent leurs cours.

Même avant la dernière crise humanitaire, 4,2 millions d'enfants n'étaient pas inscrits à l'école. Environ 6 % d'entre eux sont des filles. Chaque jour où les filles sont privées d'éducation est une occasion manquée pour elles, leurs familles et leurs communautés.

Une chance égale d'apprendre

L'éducation a connu des progrès considérables dans le pays au cours des deux dernières décennies. Le nombre d'écoles a triplé. Le nombre d'enfants scolarisés est passé de 1 million à 9,5 millions.  

Ce sont des améliorations importantes pour les enfants du pays que nous devons respecter et protéger.  

UNICEF exhorte les partenaires de développement à soutenir l'éducation de tous les enfants en Afghanistan.

UNICEF continuera à plaider auprès de tous les acteurs pour que toutes les filles et tous les garçons aient une chance égale d'apprendre et de développer les compétences dont ils ont besoin pour s'épanouir et construire un Afghanistan pacifique et performant. »

Accéder aux contenus multimedia ici