Réparer une école pour retrouver un espoir en Syrie

Publié le 24 février 2016 | Modifié le 19 septembre 2017

Poursuivre l’éducation des enfants en zone de conflit est une priorité pour l’UNICEF. C’est la raison pour laquelle l’école de Sarah, située à Alep en Syrie et qui a été endommagée l’an dernier, a été réparée. Aujourd’hui, Sarah peut de nouveau penser à son avenir.

« Il n'y avait pas de verre dans les vitres et j’avais souvent très froid », raconte Sarah, onze ans, décrivant son école de l'année dernière. « Les pupitres abimés m’embêtaient le plus, ça donnait l’impression que mon écriture était mauvaise. »

Le défi de l’éducation en zone de conflit

L'école de Sarah est située dans un quartier pauvre à Alep, en Syrie. L'année dernière, son école a été endommagée par les attaques. Heureusement, c’est arrivé durant la nuit et aucun enfant n'a été blessé. Malgré les dégâts, l'école a continué de fonctionner.

En Syrie, 1 école sur 4 est fermée. Elles sont soit endommagées, soit détruites, soit utilisées comme abri ou inaccessibles en raison des violences et du climat d’insécurité . Même avant l'attaque, l'école de Sarah était totalement délabrée et surpeuplée car recevant des enfants déplacés par la guerre en plus des enfants du quartier.
« Les toilettes étaient horribles, je n’y suis jamais allée, même si je devais, » dit la petite fille. « Le sol était boueux et les robinets n’avaient pas de poignées. Mais le pire de tout est qu'elles étaient sombres. »

Rétablir un accès à l’éducation : une priorité humanitaire

L'UNICEF a réhabilité l'école de Sarah cette année. Le verre des fenêtres a  été remplacé, Les murs fissurés ont été réparés et peints. Un nouveau mobilier a été fourni et des nouveaux robinets d'eau potable et des toilettes ont été installés. Les portes et les lumières dans les toilettes ont été également réparées.

Pour réduire la surpopulation dans les classes et fournir un environnement d'apprentissage plus approprié et une éducation de meilleure qualité, l'UNICEF a également installé cinq salles de classe préfabriquées et des toilettes préfabriquées dans l'école.

« Investir dans l'éducation des enfants en période de crise est un mécanisme de protection vital qui doit être traité comme une priorité humanitaire », a déclaré le spécialiste de l'éducation de l’UNICEF à Alep Jean Kariuki.

L’éducation pour un avenir meilleur

« Cette année, mon école est différente. Les murs sont peints avec des couleurs vives », dit Sarah. « Les portes des toilettes ne sont plus coincées et il y a de la lumière dans les toilettes ». Les sombres souvenirs de Sarah ont laissé place à de nouveaux rêves; « Quand je serai grande, je pense que je serai architecte pour construire de nouvelles écoles pour les enfants dans mon pays », dit-elle.

L’UNICEF tente de redonner une éducation aux enfants pris dans le conflit en Syrie. Grâce à vos dons, des enfants peuvent ainsi envisager un avenir meilleur. Merci !

 

Les réseaux sociaux en parlent

Soutenir nos actions