Russie : 20 ans après la Convention des droits de l’enfant

Publié le 02 septembre 2009 | Modifié le 28 décembre 2015

Cette année, la Convention internationale des droits de l'enfant a 20 ans. Zoom sur la Russie. L’Unicef travaille dans ce pays contre l’épidémie de VIH/sida, mais s’attaque aussi aux problèmes de violence, drogue et d’alcoolisme dont les jeunes sont victimes, ainsi qu’au délitement du lien familial.

Priorité : renforcer la famille

De nombreux enfants sont séparés de leurs parents, en Russie. Ils sont abandonnés par leurs familles ou retirés de leurs foyers par les services sociaux. «On estime aujourd’hui que plus de 150 000 enfants privés de soutien parental sont ainsi placés en institutions », explique Bertrand Bainvel, représentant de l’Unicef à Moscou. Sa priorité actuelle : la prévention auprès des familles vulnérables pour éviter le placement des enfants en institutions. « C’est un travail de longue haleine, que nous menons depuis quelques temps déjà, poursuit Bertrand Bainvel. Nous voulons que tous comprennent que la famille reste généralement l’environnement le plus sûr pour l’enfant. Nous plaidons auprès du gouvernement pour un changement du système social : il faut que des aides soient mises en place pour que les parents pauvres ou en difficulté puissent garder leurs enfants. Il faut donner une stabilité plus grande aux familles.»

Les jeunes face à l’alcool et la drogue

Désœuvrés, manquant d’opportunités, de nombreux jeunes se tournent vers la consommation d’alcool et de drogues en Russie. « Selon une récente étude, 20% des filles de 15-16 ans et 30% des garçons du même âge déclarent consommer  de l’alcool tous les jours ou les deux jours, se désole Bertrand Bainvel. Et la tendance montre que les jeunes de 12 ans en boivent de plus en plus  fréquemment.» L’Unicef s’attaque à ce problème, notamment par la prévention. « Nous travaillons aussi pour donner une place aux jeunes dans la société, leur donner des opportunités, continue Bertrand Bainvel. Et nous avons créé des centres spécialisés pour les jeunes. Dedans, des adultes sont là pour les soigner, les aider, les écouter. » L’initiative des Villes Amies des Enfants, en plein essor, donne la part belle à la participation des enfants. 

Des progrès sur le VIH/sida

Certaines régions de la Russie ont connu d’énormes progrès en matière de dépistage et de traitement de la maladie. Mais l’épidémie continue de se propager. 15% des femmes enceintes échappent encore aujourd’hui au test de dépistage du VIH/sida en Russie. « Nous tentons donc d’attirer ces femmes vers les services de soins anténataux, développe Bertrand Bainvel. Nous menons aussi des activités de prévention auprès des jeunes, la majorité des nouveaux cas ayant pour origine l’infection par intraveineuse. Et nous soutenons les enfants et adolescents affectés par la maladie : soutien psychologique, traitements, lutte contre les discriminations… »

Des disparités régionales

« Le Nord Caucase reste pauvre…alors que certaines régions de Sibérie ou de l’Oural disposent de ressources naturelles dont les revenus leur permettent de faire fonctionner les systèmes sociaux, explique Bertrand Bainvel. Entre ces deux types de régions, par exemple, les taux de mortalité infantile varient. Le Nord Caucase reste une zone de grande violence, la place des femmes dans la société n’y est pas la même qu’ailleurs… » Aujourd’hui, l’Unicef mise sur les jeunes. «Mais même si nous avons fini notre travail d’urgence sur ce territoire-là, nous gardons toujours un œil sur la situation instable. »

Promouvoir la diversité

La fédération russe est diverse, notamment culturellement et religieusement. « Nous travaillons pour une société plus inclusive de cette diversité, explique Bertrand Bainvel. Nous développons ces valeurs de paix et de tolérance grâce à des activités sportives, culturelles mais aussi des forums pour que les jeunes de différentes régions apprennent à discuter entre eux. Les Républiques du Caucase sont très demandeuses de ce type d’activités. » Autre volet de cette action : la promotion de l’éducation inclusive qui permet aux enfants handicapés d’étudier  en même temps et dans les mêmes écoles que les autres enfants.

Retrouvez l’Unicef Russie en cliquant ici !

 

Soutenir nos actions