A Saloum, l'Unicef adapte sa réponse au nombre de déplacés

Publié le 21 avril 2011 | Modifié le 31 mars 2016

Alors que le nombre de personnes qui fuient la Libye commence à diminuer, l’Unicef continue à apporter l’aide nécessaire à la frontière Égypte-Libye. Situé à 800 kilomètres du Caire, le site de Saloum a accueilli jusqu’à 6000 personnes dans les moments les plus critiques du conflit. Sur place, l’Unicef, ses partenaires, des volontaires locaux et les autorités égyptiennes viennent en aide à la population. Nous avons joint Philippe Duamelle, le Représentant de l’Unicef en Égypte.

 

 

[URGENCE : L’appel de fonds global pour l’urgence Libye n'a pas donné les resultats esperés. L’Unicef a besoin de plus de 9 millions d’euros pour faire face à la situation en Libye et dans les pays voisins. À ce jour, seulement 1/3 de cet appel a été pourvu].

 

Quelles actions mène l’Unicef sur le site de Saloum ?

Depuis le début de la crise, nous adaptons notre action en fonction de la situation à la frontière, mais aussi en fonction du nombre de personnes présentes sur le site. À Saloum, nous intervenons dans le secteur de l’eau et l’assainissement, l’hygiène, la santé et la protection de l’enfant. Et aujourd’hui, 5 professionnels de l’Unicef sont positionnés à Saloum.

Au début de la crise, le bureau du Caire a rapidement prépositionné un stock de matériel de secours, que l’on a pu acheminer très vite. Ce stock nous a permi de répondre aux besoins des personnes arrivant à la frontière et de constituer un stock de contingence qui nous permettrait de répondre à un éventuel afflux massif de personnes fuyant la Libye.

 

Au niveau de la santé, comment est prise en charge la population qui arrive sur le site de Saloum ?

L’Unicef travaille étroitement avec le Ministère égyptien de la Santé et d'autres partenaires pour assurer la prise en charge medicale des personnes à la frontière. Un médecin de l’Unicef est sur place pour suivre les familles et déterminer leurs besoins comme la vaccination des enfants. Généralement, les familles passent peu de temps à Saloum, même si certaines restent plusieurs semaines. Le Ministère de la Santé a deployé des équipes médicales. Des cliniques mobiles sont en place sur le site. Le gros des soins se fait sur place et quand l'état du patient nécessite une hospitalisation, la personne est alors référée à l'hôpital le plus proche.

 

Quels sont les enjeux auxquels l’Unicef va faire face dans les semaines à venir ?

Aujourd’hui, on arrive à un moment où le nombre de personnes qui arrive à Saloum diminue. Pourtant, les besoins en eau et assainissement restent importants. L’Unicef assure que des camions citernes approvisionnent un réservoir d’eau principal et que d'autres camions assurent la distribution vers d'autres réservoires secondaires sur le site. Actuellement, l’Unicef fournit entre 70 000 et 100 000 litres d’eau par jour sur le site. Et au moment où les personnes sont arrivées en nombre à la frontière, nous avons rapidement réhabilité les 82 toilettes existantes qui n’étaient plus fonctionnelles et nous avons fourni 5 blocks de toilettes mobiles supplémentaires pour répondre à l’urgence.

Cet hiver les personnes arrivant a la frontiere ont du faire face au vent et à la pluie. Les nuits étaient très froides. Beaucoup devaient dormir dehors, enveloppés dans des couvertures. L’Unicef a obtenu des autorités que les bâtiments administratifs soient reservés en priorite aux familles. Même si le nombre de personnes à la frontière a maintenant diminué, nous devons continuer à nous assurer que les besoins en matière d’eau, d’hygiène et d’assainissement soient couverts. Avec les grandes chaleurs qui arrivent, il va falloir maintenir un niveau d’assistance adapté. La solution est bien entendu que les personnes qui arrivent à la frontière puissent quitter les lieux le plus vite possible, car le site n’est pas fait pour des séjours de longue durée.

 

L’Unicef intervient à l’intérieur de la Libye :
Depuis le Caire, l’équipe de l’Unicef Libye met en œuvre son intervention à l’intérieur de la Libye. Mais, avant même que du personnel puisse y entrer, notre organisation avait prépositionné du matériel de secours et acheminé une assistance aux populations en Libye grâce à nos partenaires. Aujourd’hui, 3 professionnels de l’Unicef travaillent dans la partie Est du pays, notamment à Ben Ghazi. Le 20 avril, un bateau est arrivé à Misrata, avec à son bord, du matériel de secours fournit par l’Unicef

En savoir plus :

-Plus de 210 000 personnes sont passées par Saloum pour entrer en Égypte.
-Au plus fort de la crise, il y a eu jusqu'a plus de 600 enfants sur le site.
-En début de semaine, 476 enfants et 218 femmes, dont 9 femmes enceintes étaient recensés sur le site de Saloum.

[Diaporama -sonore] "Un camp de réfugiés n'est pas un endroit pour des enfants !"

Crise libyenne : basé aux frontières, l'Unicef adapte son action

Soutenir nos actions