Séisme au Pakistan : le point sur la situation

Publié le 12 octobre 2005 | Modifié le 29 décembre 2015

L’UNICEF a acheminé dans l’urgence des tentes et des bâches goudronnées. Une personne sur cinq dans les zones touchées est un enfant de moins de 5 ans.

L’ UNICEF a lancé un appel de plus de 64 millions de dollars pour aider les enfants et les familles touchées par la catastrophe. 

Un centre d’approvisionnement a été installé à Manshera dans une région particulièrement dévastée par le séisme. Les fournitures sont acheminées vers le stade de la ville qui sert à présent d’héliport. Les hélicoptères, dont deux ont été mis à disposition par le gouvernement à l’UNICEF; sont utilises pour transporter des kits médicaux, des couvertures; des tentes, des vêtements et d’autres biens essentiels dans les zones inaccessibles par la route.

L’UNICEF a d’ores et déjà acheminé 300 000 tablettes de purification de l’eau, 375 boites de biscuits nutritionnels, 500 tentes, 12 000 bâches, 10 000 couvertures et 12 000 pull-overs.

Les premiers secours en route

Après le choc, la peur et le traumatisme du séisme, l’urgence est maintenant au déploiement d’une aide pour les rescapés et survivants qui ont vu leur maison s’effondrer, leur village rasé.  A plus de 1 500 mètres d’altitude, avec le froid automnal bien installé, il faut fournir au plus vite des couvertures et un abri à ceux qui se retrouvent dehors, notamment dans les villages les plus isolés et enclavés de la région d’Uri, à l’extrême nord du Pakistan.

Priorité à la survie des enfants
La priorité, dans les prochains jours, serait de fournir aux enfants les moyens de survivre.  L’UNICEF a dépêché au Pakistan du personnel et du matériel supplémentaire depuis ses bureaux dans la région et travaille en étroite collaboration avec le gouvernement du Pakistan et les autres agences de l’ONU. L’UNICEF a largué du matériel par hélicoptère aux équipes chirurgicales pakistanaises dans les zones les plus inaccessibles et mène actuellement des évaluations par la route dans les régions périphériques afin de mesurer l’ampleur du désastre et les besoins.

 Des renforts envoyés de toute la région
Chef des opérations de l’UNICEF au Pakistan, Omar Abdi, explique que la région, montagneuse, rend complexes les secours. « Cette région est difficile d’accès et ses habitants ont très peu de ressources a ajouté M. Abdi. « Il a plu et grêlé pendant la nuit, ajoutant à la souffrance des gens qui dorment dehors, trop effrayés pour s’abriter dans les ruines des maisons. La pluie a entraîné d’autres glissements de terrain qui entravent l’arrivée des secours. »

 Le bureau de l’UNICEF en Inde est le plus important bureau de l’UNICEF dans le monde et l’UNICEF dispose, dans cette région, d’un dispositif rôdé pour faire face aux urgences.  En 2003, l’UNICEF avait travaillé en étroite collaboration avec les autorités pakistanaises après les inondations qui avaient ravagé la province de Sindh et affecté plus de 800 000 personnes..

 
 

 

Soutenir nos actions