«Si heureuse de retrouver mon bébé»

Publié le 07 octobre 2009 | Modifié le 31 mars 2016

Vole Marriah a 17 mois. Elle gambade aujourd’hui devant sa maison de bois du sud de Madagascar. Il y a quelques mois, ce bébé était sévèrement malnutri, souffrant également de diarrhées, de vomissements et d’œdèmes. Elle ne pouvait plus communiquer, ni bouger.

Sécheresse dévastatrice

« D’habitude, nous cultivons des fruits et légumes à côté de notre maison, explique Vaha Noeline, maman de la fillette. Et mon mari travaille dans une plantation locale. Avec nos récoltes et son salaire, cela suffit d’habitude à nourrir notre famille de cinq personnes. » Mais la sécheresse a mis la famille de la petite Vole Mariah en danger. «La pluie n’est pas tombée et les insectes ont mangé nos récoltes. Au même moment, la plantation qui emploie habituellement mon mari n’a plus donné de travail à personne. Nous avons donc tous commencé à maigrir, y compris nos trois enfants, même si nous leur avons donné la majeure partie de la nourriture que nous avions. Vole Mariah, surtout, est devenue très maigre et très malade. Je n’avais plus assez de nourriture pour moi, je ne pouvais donc lui fournir assez de lait.»

La fillette en danger

« Ma fille a commencé à avoir de terribles diarrhées, des vomissements et est devenue si faible qu’elle ne pouvait plus communiquer, poursuit la jeune maman de 24 ans. J’ai eu peur, je l’ai donc emmenée dans un centre de soins à Amboasary, à une heure de chez nous. » Le médecin qui a examiné la petite Vole Marriah a diagnostiqué une malnutrition sévère. « Il m’a dit qu’il fallait la soigner immédiatement à l’hôpital. Mes amis qui étaient  venus avec moi au centre de soins m’ont dit que cela serait inutile, que Vole était si malade qu’elle mourrait de toute façon. Ils m’ont dit de la ramener pour qu’elle meure à la maison, mais le docteur m’a certifié qu’on pouvait essayer de la sauver. »

Admise à l’hôpital local le 22 mai dernier, la fillette a reçu de la nourriture thérapeutique et des médicaments grâce à l'Unicef. Après quelques jours, son état s’est amélioré. « C’était un vrai miracle, se rappelle Vaha Noeline. Quand je l’avais emmenée à l’hôpital, elle était amorphe. Après seulement trois jours, elle a recommencé à produire des sons. Après une semaine, elle bougeait dans son lit. Puis, elle s’est remise à marcher et à rire. Elle avait repris du poids et était en meilleure santé. J’étais si heureuse de retrouver mon bébé. »

Des rations pour toute la famille

Après la sortie de l’hôpital de Vole Mariah, sa mère a reçu pour elle des rations de nourriture thérapeutique. Depuis, mère et fille se sont rendues chaque semaine au centre de soins d’Amboasary pour suivre le poids et la croissance de la fillette mais aussi obtenir les précieuses doses de nourriture. Pour que cette nourriture ne soit pas partagée entre les frères et sœurs, la maman de Vole Mariah a également reçu des « rations de protection » pour toute la famille. Des vivres distribués par le Programme alimentaire mondial, en partenariat avec l’Unicef.

Vole Mariah a aujourd’hui atteint le poids recommandé pour un enfant de sa taille. Elle a pu quitter le programme de prise en charge de la malnutrition.

 

Découvrez d'autres témoignages.

Soutien de l’Unicef France

L’Unicef France a récemment envoyé 500 000 euros à Madagascar pour aider à prévenir et traiter la malnutrition aiguë qui touche les enfants dans la partie sud de l’île.

Soutenir nos actions