Swaziland : trouver des solutions pour venir en aide aux orphelins du sida

Publié le 24 janvier 2006 | Modifié le 31 mars 2016

Le nombre d’enfants orphelins du sida dépasse actuellement les 70 000. Ces enfants sont souvent sous-alimentés et sont coupés des services basiques d’éducation et de santé.
Nombreux sont ceux qui finissent par vivre avec leur famille élargie, dont les ressources sont proches du point de rupture.
Soigner au mieux ces enfants est devenu un immense défi pour les communautés et les organisations internationales et gouvernementales.

Récemment, une organisation religieuse, appelée « un rêve pour l’Afrique », a proposé au gouvernement swazilandais de construire un complexe pouvant accueillir 10 000 orphelins.
Ce groupe religieux a demandé en retour un contrat de 99 ans pour les deux plus grands terrains de jeux ainsi que pour d’autres terrains à des fins commerciales. Cette surnommée « ville pour orphelins » a suscité une vaste polémique dans le pays.

Après plusieurs de mois de discussions et débats, le gouvernement a décidé de refuser ce projet, déclarant que cette approche qui vise à isoler les orphelins des communautés était contraire à la tradition swazilandaise.

Alan Brody, représentant UNICEF dans le pays, nous explique plus en détails les motifs de ce refus.
« Le gouvernement et les habitants de Swaziland disent avoir besoin d’aide pour leurs orphelins, mais veulent que cela soit fait dans le respect de leurs traditions. Le droit des enfants doit être également pris en compte afin de continuer à faire partie intégrante de leur communauté », dit M. Brody.
« Enlever ces enfants africains à leur communauté et les placer dans une « ville pour orphelins »  - séparés de leurs liens familiaux, communauté, pays et nom – va à l’encontre  même des valeurs et traditions fondamentales africaines de prise en charge familiale communautaire.
Basé sur son expérience avec les enfants dans le monde, l’UNICEF considère que le placement en institution des enfants constitue une solution provisoire et de dernier ressort seulement. « Idéalement, les enfants doivent rester au sein de leur famille », note M. Brody.

Des points de soins de proximité

En réponse à cette augmentation sans précédent du nombre d’orphelins – et en opposition à la logique d’orphelinats – le Swaziland a mis en place une démarche innovante pour venir en aide à ces enfants vulnérables.

Soutenu par l’Unicef, ces « points de soins de proximité » ont été créés au sein même des communautés où les enfants peuvent venir ensemble et avoir accès à plusieurs services. Ils reçoivent des soins, mais aussi du soutien, un repas pour la journée ainsi qu’une forme d’éducation.

« Le système viendra petit à petit à eux pour leur trouver des familles », explique M. Brody.

Il existe actuellement 430 points comme celui ci implantés dans le pays, qui soutiennent chaque jour près de 33 000 enfants.

Mais il reste beaucoup à faire. La prévalence du sida chez les femmes enceintes a augmenté dramatiquement de 3,9 % en 1992 à 42,6 % en 2004 et 4 000 enfants sont chaque année infectés par le virus.

 « Nous sommes au milieu d’une crise sans précédent qui touche les enfants de la société toute entière. Les habitants de Swaziland ont besoin désespérément de soutien, et un soutien au long-terme », lance M. Brody.

Soutenir nos actions