Syrie : les enfants qui fuient la Ghouta orientale racontent l’horreur

Publié le 16 mars 2018 | Modifié le 29 mars 2018

Après les intenses bombardements qui ont frappé la Ghouta orientale, en Syrie, des milliers de civils, dont de nombreux enfants, fuient la région et témoignent de la situation sur place.

Après avoir parfois marché toute la nuit, des milliers de familles syriennes fuyant les bombardements et les violences en Ghouta orientale ont atteint des refuges, à l'est de la région, vers Hamoyrah, où elles ont pu être prises en charge. Dans ces abris, l’UNICEF fournit en urgence, de l’eau, des couches et des produits d’hygiène à toutes les victimes de la guerre et du conflit en Syrie.

L’état physique des Syriens qui parviennent jusqu’à ces refuges en dit long sur ce qu’ils ont traversé. Beaucoup ont entrepris cette longue marche sans le moindre bagage, sans même un sac en plastique pour rassembler leurs affaires. Et les histoires que racontent ces déplacés révèlent l’ampleur de la crise qui frappe la région. Un enfant a par exemple confié aux équipes de l’UNICEF que sa famille a fui les bombes en se réfugiant dans des souterrains. Mais ils ont finalement dû fuir ces sous-sols pour la surface à cause de l’odeur pestilentielle qui y régnait. Ces souterrains ne disposaient parfois que d’une toilette pour 200 personnes.

La faim, la gale, les poux

Privés de nourriture, de nombreux enfants arboraient des signes évidents de malnutrition et de carence, notamment une peau sèche et craquelée, des difficultés à se déplacer, de la fatigue et des lésions aux commissures des lèvres. Le manque d’hygiène a également eu des conséquences directes : la gale et les poux ont infecté plusieurs d’entre eux. Des enfants seuls ont eux aussi entrepris le périple. L’un d’entre eux avait récemment reçu une balle dans le haut du bras et a pu recevoir des soins.

Des dépistages pour la malnutrition ont été mis en place, des biscuits à haute teneur énergétique ainsi que des micronutriments sont distribués. Pour éviter que les enfants se perdent, des bracelets en plastique indiquant le nom des parents et leurs coordonnées ont été remis aux familles. Les refuges atteignent cependant très vite leur capacité maximale d’occupation et y organiser des distributions de nourriture est ardu. En attendant les prochaines livraisons, les aliments thérapeutiques constituent la seule nourriture disponible et tous les enfants en réclament, ce qui en limite la quantité disponible pour ceux qui en auraient encore plus besoin.

Nous pouvons aider les enfants de Syrie. Faites un don à l'UNICEF.