Syrie : Un attentat à Afrin tue trois enfants

Publié le 12 juillet 2019

Déclaration de Geert Cappelaere, directeur regional d’UNICEF pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord

Amman/Paris, le 12 juillet 2019 - « UNICEF est profondément triste et choqué par le meurtre de trois enfants à la suite de l’attaque perpétrée hier dans la ville frontalière d’Afrin, au nord de la Syrie.

Cette attaque survient alors que la violence s'intensifie dans plusieurs régions du pays déchiré par la guerre.

Ces derniers jours, il a été signalé que d’autres enfants encore avaient été tués lors des combats dans la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie. Trois autres enfants auraient été tués lors de l'explosion d'une mine dans la région rurale de Damas.

Depuis le début de l'année, plus de 140 enfants ont été tués. Les chiffres continuent d'augmenter rapidement. Des enfants sont tués en Syrie chaque jour. La guerre contre les enfants en Syrie est loin d'être terminée.

L’attaque d’hier a eu lieu à moins de 100 mètres d’une école appuyée par UNICEF, causant des dégâts considérables. Heureusement, il n’y a pas eu de morts à l’école, mais les enfants ont été pris de panique et extrêmement choqués en raison de la forte explosion qui a brisé les fenêtres et les portes de l’école.

En Syrie, une école sur quatre ne peut plus être utilisée à cause de la guerre. L'année dernière, nous avons enregistré le plus grand nombre d'attaques contre des établissements d'enseignement et du personnel depuis le début de la guerre, en 2011.

Les enfants ne sont pas une cible. Les écoles et le personnel éducatif ne sont pas une cible.

Tuer des enfants est une violation grave. Ceux qui tuent des enfants seront tenus pour responsables.

Tout le monde est en train de perdre dans cette guerre longue de huit ans mais les plus grands perdants, ce sont les enfants syriens. »

Soutenir nos actions