Thaïlande : actions de l'Unicef en 2006

Publié le 20 décembre 2007 | Modifié le 31 août 2015

Quelque 600 000 enfants ont bénéficié des actions menées par l’Unicef en Thaïlande. En dépit du soutien à l’élargissement de l’accès à l’éducation, à la protection contre la violence, l’exploitation ou les abus, en dépit du nouveau volet "prévention" du VIH/sida auprès des jeunes, une enquête sponsorisée par l’Unicef en 2006 indique des disparités importantes entre la zone tsunami et le reste du pays. Il s’agit d’enfants, issus des minorités, qui sont abandonnés parce qu’ils sont atteints par le VIH/sida ou victimes de la pauvreté. Environ 25000 enfants en âge d’aller à l’école primaire (15%) sont privés d’éducation ou retardés dans leur scolarité. Plus de 6000 enfants vivent dans des foyers ou des pensionnats qui ne remplissent pas toujours les standards "amis des enfants".

Santé et Nutrition

  • Détection précoce de la malnutrition auprès de 150 000 enfants ; informations et conseils proposés aux familles pendant les séances de pesée
  • formation de plus de 24 000 agents de santé ou de bénévoles aux soins de santé de base, et en nutrition (depuis 2005)
  • organisation de consultations mensuelles pour les femmes enceintes et les enfants malades des communautés isolées.

Eau et assainissement

  • Renforcement des systèmes d’eau potable et d’assainissement pour les migrants et les minorités ethniques des provinces de Krabi, Satun et Trang, à travers un programme de deux ans.
  • A noter, les équipements de pompage, fournis pour le tsunami en 2005, ont été utilisés pour enrayer les dégâts des inondations du second semestre 2006 dans le centre du pays.

Education

  • Formation de 2 000 enseignants et 45 000 élèves de 161 écoles (depuis 2005) aux droits de l’enfant, à travers l’initiative « amie des enfants » (éducation, aptitudes à la vie courante, auto-évaluation et gestion des écoles).
  • formation de 50 maîtres et de 373 formateurs de maîtres (en 2006)
  • préparation à la gestion des crises et aux stratégies d’intervention dans 19 écoles
  • distribution de matériel éducatif sur les droits de l’enfant, le VIH/sida et la grippe aviaire à 122 000 enfants dans 534 écoles (2006).

Protection des enfants

  • Soutien psychosocial à 150 000 enfants
  • enquête sur le bien-être des enfants (mi 2006) dans 10 000 foyers de 6 provinces
  • création d’équipes polyvalentes de fonctionnaires locaux, d’ONG, de responsables communautaires pour coordonner les actions en faveur des enfants
  • formation des enseignants à prendre en charge le soutien psychologique après le passage d’experts dans les écoles
  • formation de 100 agents sociaux à identifier les enfants à risques au cours de visites à domicile, pour les diriger - si nécessaire - vers des spécialistes ; une étude menée par l’Unicef et ses partenaires en 2006 ayant fait apparaître la fragilité - et l’exposition aux dangers - des enfants dont les parents ont perdu leurs moyens de subsistance
  • révision des conditions de placement de 1 400 enfants orphelins du tsunami.

VIH/sida

  • Etablissement de 3 réseaux pour mener des activités auprès de 2 000 jeunes fragilisés par la crise économique qui frappe les régions affectées par le tsunami : au lieu d’être scolarisés et de bénéficier d’une éducation à la prévention au VIH, ces enfants doivent parfois travailler, avec tous les risques d’abus, y compris sexuels.
  • organisation (2006) d’ateliers de formation pour l’acquisition de compétences professionnelles et d’aptitudes à se protéger du VIH et des autres difficultés.

Beaucoup reste à faire...

Déjà défavorisés dans les domaines de la santé et de l’éducation avant le tsunami, les enfants issus des minorités ethniques et des familles de migrants sont placés en tête des priorités de l'Unicef. Leur venir en aide va de pair avec le plaidoyer que nous menons pour encourager l’engagement durable des provinces affectées envers ces enfants vulnérables.

Leur faciliter leurs conditions de vie reste le principal défi de l’Unicef en Thaïlande.

Soutenir nos actions