Thomas : "10 euros par mois… si peu, et tant à la fois !"

Publié le 29 janvier 2014 | Modifié le 23 décembre 2015

Etudiant en communication à la fac de Rennes, Thomas, 21 ans, a décidé il y a un an de s’engager pour la cause des enfants en devenant donateur régulier à l’UNICEF. Un « petit don chaque mois », selon ses mots… qui nous permet de faire de grandes choses sur le terrain ! Portrait.

Trois mois avant que le typhon Haiyan ne frappe les Philippines, Thomas était sur place. « C’est terrible de revoir à la télé ces endroits où l’on s’est rendu, et où tout désormais est dévasté », racontent ses grands yeux clairs. « J’ai repensé à cette fille qui devait avoir à peu près mon âge. Elle vivait seule avec sa petite sœur, et devait travailler plus de 60 heures par semaine dans une cuisine, pour gagner trois fois rien. Je me suis dit ‘ça aurait pu être moi, j’aurais pu naître à sa place’. Et je me suis demandé ce qu’elles étaient devenues… »
 
Cette conscience d’un « ailleurs », où l’on vit au jour le jour et avec si peu, Thomas l’a acquise dès l’enfance, en suivant ses parents dans leurs voyages et leur travail à l’étranger. En Chine et au Vietnam notamment, il a grandi au contact de ces gamins qui n’ont pas la chance de goûter très longtemps à l’insouciance de l’enfance.

Offrir toutes leurs chances aux enfants

« La cause de l’enfance me touche particulièrement. Les enfants ne sont pas encore armés pour la vie comme le sont les adultes, ils sont plus vulnérables. Et ils ont la vie devant eux, alors il faut leur offrir toutes les chances ! » C’est pourquoi, quand il y a un an Thomas discute dans la rue avec un recruteur de l’UNICEF, il décide de s’engager comme donateur régulier. D’abord 8 € par mois, puis 9, 10, et maintenant 11 €. Peu dans l’absolu, pas négligeable relativement à son budget étudiant… mais tellement pour les enfants qui en bénéficient !
 
La voix posée et les mots choisis, Thomas nous explique : « Je travaille, à côté de la fac, comme animateur scolaire et périscolaire. J’ai passé le BAFA dès que j’ai pu, et je préfère de loin ces jobs à ceux dans la restauration rapide par exemple, même si c’est moins bien payé… J’aime l’idée de participer à la construction de ces enfants, et c’est un tel plaisir d’être à leur contact ! Ce n’est pas un salaire énorme c’est sûr, mais si mon petit don chaque mois à l’UNICEF peut améliorer les conditions de vie et la situation d’enfants dans le monde, c’est déjà ça ! »

Faire plus et à plus long terme sur le terrain

Pourquoi donner mensuellement, et pas une fois de temps en temps ? « Parce que cela permet notamment à l’UNICEF d’être prêt à réagir tout de suite après une catastrophe naturelle par exemple. Quand j’ai vu la situation après le typhon aux Philippines, je me suis dit que j’étais content d’avoir donné un peu chaque mois pour les enfants ». Les dons réguliers comme celui de Thomas permettent également à notre organisation de programmer des actions de plus grande envergure et sur le long terme (comme par exemple aller au-delà de la distribution de fournitures scolaires, en construisant des écoles et en formant des enseignants) ; cette façon de donner permet enfin de réduire les coûts de gestion… et ainsi d’envoyer davantage d’argent sur le terrain !
 
L’année prochaine, Thomas envisage de partir en mission de Service Volontaire Européen, autour d’un projet dans la communication ou le sport, auprès de publics jeunes. Ensuite ? Tout reste à écrire… Mais quelque chose nous dit que la cause des enfants et la solidarité internationale ne s’éloigneront jamais bien loin de son chemin.

Faire un don mensuel pour les enfants du monde

je donne chaque mois

Montant libre

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions