Toutes les écoles d'Europe et d'Asie centrale doivent rester ouvertes face à la COVID-19

Publié le 30 août 2021

Alors que des millions d'écoliers reprennent le chemin de l'école dans la Région européenne où domine le variant Delta du SRAS-CoV-2 hautement transmissible, le Bureau régional de l'OMS pour l'Europe et le Bureau régional d'UNICEF pour l'Europe et l'Asie centrale demandent que les écoles restent ouvertes et soient rendues plus sûres en adoptant des mesures visant à minimiser la transmission du virus.

Copenhague/Genève/Paris, le 30 août 2021 - Ces mesures consistent notamment à proposer aux enseignants et aux autres membres du personnel scolaire le vaccin COVID-19 dans le cadre des groupes de population cibles des plans de vaccination nationaux, tout en assurant la vaccination des populations vulnérables. En outre, les enfants âgés de 12 ans et plus qui présentent des conditions médicales sous-jacentes augmentant de manière significative leur risque de contracter la forme grave de la COVID-19 doivent être vaccinés ; l'amélioration de l'environnement scolaire par une meilleure ventilation des salles de classe, des classes de taille réduite lorsque cela est possible, une distance physique et des tests réguliers des enfants et du personnel, sont d'autres actions importantes.

« La pandémie a provoqué la perturbation la plus catastrophique de l'histoire de l'éducation. Il est donc vital que l'apprentissage en classe se poursuive sans interruption dans toute la Région européenne. C'est d'une importance capitale pour l'éducation, la santé mentale et les compétences sociales des enfants, pour que les écoles contribuent à donner à nos enfants les moyens d'être des membres heureux et productifs de la société », explique le Dr Hans Henri P. Kluge, directeur régional de l'OMS pour l'Europe. « Il faudra un certain temps avant que nous puissions mettre la pandémie derrière nous, mais l'éducation des enfants en toute sécurité dans un cadre scolaire physique doit rester notre objectif premier, afin de ne pas les priver des opportunités qu'ils méritent tant. Nous encourageons tous les pays à garder les écoles ouvertes et demandons instamment à toutes les écoles de mettre en place des mesures pour minimiser le risque de COVID-19 et la propagation des différentes variantes. »

Intensifier la vaccination pour se protéger du variant Delta

Le variant Delta du SRAS-CoV-2, hautement transmissible, a ajouté un degré supplémentaire d'inquiétude et de complication à la saison d'ouverture des écoles de cette année. L'incidence élevée de la COVID-19 dans la communauté rend la transmission dans les écoles beaucoup plus probable. Par conséquent, nous devons tous nous engager à réduire la transmission du virus.

Les données montrent clairement que le fait de recevoir une série complète de vaccins contre la COVID-19 réduit considérablement le risque de maladie grave et de décès. Par conséquent, lorsqu'on conseille la vaccination, il faut le faire et s’assurer de suivre la série complète de doses de vaccin.

« La vaccination est notre meilleure ligne de défense contre le virus, et pour mettre fin à la pandémie, nous devons rapidement intensifier les vaccinations de manière équitable dans tous les pays, notamment en soutenant la production de vaccins et le partage des doses, afin de protéger les plus vulnérables, partout. Nous devons également continuer à appliquer les mesures sociales et de santé publique dont nous savons qu'elles fonctionnent, notamment les tests, le séquençage, le traçage, l'isolement et la quarantaine », a déclaré le Dr Hans Henri P. Kluge.

Rendre les écoles plus sûres est une responsabilité de toute la société

Milena Maric, professeur de mathématiques dans un lycée de Belgrade, en Serbie, a été entièrement vaccinée contre la COVID-19. Elle a déclaré : « Pendant près de deux ans, les mots "COVID-19" et "enseignement en ligne" ont marqué nos vies. Lorsque la pandémie a commencé, le système scolaire serbe s'est rapidement adapté. Mais les élèves manquaient de continuité, de socialisation, de travail collaboratif, de partage d'idées en temps réel, de communication sans technologie. Je sais que la seule façon de sortir de cette situation est de continuer à respecter les mesures de prévention de la transmission du virus et de vacciner tous les éducateurs. »
 
Philippe Cori, directeur régional adjoint d'UNICEF Europe et Asie centrale, a déclaré : « La pandémie n'est pas terminée. Nous avons tous un rôle à jouer pour faire en sorte que les écoles restent ouvertes dans toute la région. Les enfants et les jeunes ne peuvent pas risquer d'avoir une autre année d'apprentissage perturbé. La vaccination et les mesures de protection contribueront à éviter un retour aux jours les plus sombres de la pandémie, lorsque les gens ont dû subir des fermetures d'écoles et que les enfants ont dû faire face à des perturbations dans leur apprentissage.
Les enfants ont été les victimes silencieuses de la pandémie, et les plus marginalisés ont été parmi les plus durement touchés. Avant la COVID-19, les enfants les plus vulnérables de la région étaient déjà déscolarisés ou scolarisés, mais n'apprenaient pas au même niveau que leurs camarades de classe.
Une école est bien plus qu'un bâtiment. C'est un lieu d'apprentissage, de sécurité et de jeu au cœur de nos communautés. Lorsqu'elles sont fermées, les enfants ne peuvent pas apprendre, ne peuvent pas être avec leurs amis et peuvent être exposés à la violence à la maison. La pandémie a aggravé une situation déjà inacceptable - nous devons veiller à ce que les écoles rouvrent, et qu'elles le fassent en toute sécurité. »

Recommandations d'experts

Pour aider à maintenir les écoles ouvertes et sûres, l'OMS, UNICEF et l'UNESCO ont approuvé un ensemble de huit recommandations d'experts élaborées par le groupe consultatif technique européen de l'OMS pour la scolarisation pendant le COVID-19. Ces recommandations sont destinées aux 53 États membres de la Région européenne de l'OMS :

  1. Les écoles doivent être parmi les derniers endroits à fermer et les premiers à rouvrir.
  2. Mettre en place une stratégie de dépistage.
  3. Assurer des mesures efficaces d'atténuation des risques.
  4. Protéger le bien-être mental et social des enfants.
  5. Protéger les enfants les plus vulnérables et marginalisés.
  6. Améliorer l'environnement scolaire.
  7. Impliquer les enfants et les adolescents dans la prise de décision.
  8. Mettre en œuvre une stratégie de vaccination destinée à maintenir les enfants à l'école.

Note aux rédactions :
Le groupe consultatif technique (GCT) de la Région européenne de l'OMS est un groupe indépendant d'experts créé par le directeur régional de l'OMS pour l'Europe.