Tsunami, 10 ans après : « reconstruire en mieux » afin de protéger les enfants

Publié le 26 décembre 2014 | Modifié le 29 décembre 2015

À l’occasion de la commémoration du dixième anniversaire du tsunami, l'UNICEF félicite les populations d’Aceh, la province la plus occidentale de l'Indonésie, pour leur résilience et leurs reconstructions suite à la dévastation.

« L'énorme effort par les habitants d'Aceh, soutenu par la communauté internationale, afin de reconstruire en mieux ce que les vagues ont emporté, a incontestablement payé. Le principe « reconstruire en mieux » offre ainsi de meilleures possibilités pour les enfants de grandir en bonne santé et de développer leur potentiel », a déclaré Gunilla Olsson, la représentante de l'UNICEF en Indonésie.
 
Pour l'UNICEF, l’intervention d'urgence suite au tsunami, en particulier à Aceh où 170 000 personnes ont été tuées et 800 km de côtes ont été dévastées, reste l'une des plus grandes opérations humanitaires dans l'histoire de l'organisation.
 
Grâce au soutien sans précédent et aux contributions financières par des donateurs particuliers et des entreprises du monde entier, totalisant 275 millions d’euros pour Aceh, l'UNICEF a été en mesure de déployer une réponse d'urgence de grande ampleur, suivie par des investissements stratégiques à long terme dans le développement de la province.
 
Au lendemain de la catastrophe, l'UNICEF a pris un rôle important pour sauver les enfants de la mort et des maladies, les aider à surmonter leurs expériences traumatisantes, les ramener à l'école et réunir les enfants séparés de leurs parents. Par la suite, l'UNICEF s’est concentré sur le renforcement des systèmes de santé et d’éducation, facilitant de nouvelles approches pour la protection des enfants et soutenir le gouvernement dans la préparation aux situations d’urgence.
 
« Il y a eu de nombreux enseignements tirés des efforts pour reconstruire en mieux, et qui avaient été utilisés dans d’autres urgences. Ainsi, l'Indonésie est maintenant considéré comme un chef de file dans la région en matière de prévention et réduction des risques »  a déclaré Gunilla Olsson.
 
L'expérience acquise au cours des dernières années en Indonésie et dans d'autres endroits jouera également un rôle important lors de la 3ème Conférence mondiale sur la réduction des risques de catastrophe en mars 2015 à Sendai, au Japon, qui vise à adopter un cadre post-2015 pour la réduction des risques de catastrophes naturelles.

De la réponse d'urgence au développement à long terme

Lors de la réponse immédiate au tsunami, l'UNICEF a concentré ses efforts sur la fourniture d’eau potable et l'assainissement de base, et sur l'organisation de campagnes de vaccination de masse. L’UNICEF a facilité le déploiement de médecins et d’agents paramédicaux dans les zones touchées, la livraison de kits de santé avec des médicaments essentiels, la formation des agents de santé et des sages-femmes en matière de soins vitaux et obstétricaux.
 
Grâce aux efforts conjoints de l'UNICEF et de nombreuses autres organisations, l'apparition d'épidémies a pu être évitée, malgré le niveau inimaginable de la dévastation. L'UNICEF a contribué à l’installation d’une douzaine de centres de traitement de l'eau qui permettent de fournir de l'eau potable pour un million de personnes à Aceh aujourd'hui.
 
Dans les 21 centres pour enfants, mis en place en collaboration avec le Ministère des affaires sociales, l'UNICEF et ses partenaires ont inscrit près de 3 000 enfants qui avaient été rendus orphelins ou séparés de leurs parents, et ont soutenu les efforts de recherche pour réunir les familles. Les centres pour enfants ont également fourni un soutien social et psychologique.
 
L'UNICEF a également organisé une campagne « Retour à l'école », offrant aux enfants un retour à la normale et la possibilité de surmonter leurs traumatismes. L'organisation a soutenu le recrutement de 1 100 enseignants temporaires, mis en place 1 000 tentes-écoles temporaires, et a fourni environ 7 000 « écoles en boite » contenant des programmes pédagogiques et fournitures pour les enfants.
 
Lorsque la première phase de réponse d’urgence s’est achevée, l’UNICEF s’est concentré sur des programmes de développement. Les efforts de l’UNICEF pour renforcer les services de santé ont posé les bases d’une intensification de la vaccination de routine, la promotion de l'allaitement maternel en cas d'urgence et de l'élimination du paludisme.
 
L’UNICEF a investi dans le développement de la petite enfance, ce qui a amené à accroître significativement le taux d’inscription dans les centres dédiés, atteignant 42 % en 2013. Le gouvernement provincial vise maintenant à installer un centre de la petite enfance par village.
 
Basé sur le principe « reconstruire en mieux », l’UNICEF a construit 345 écoles adaptées et  résistantes aux séismes, et a aidé la formation des enseignants dans la préparation des situations d’urgence. Au niveau national et régional, l'UNICEF a soutenu l'intégration des bonnes pratiques face a la réduction des risques de catastrophe dans les programmes scolaires existants.
 
L'UNICEF a également contribué à la mise en place d'un service de police dédié aux femmes et aux enfants, ainsi qu’à la création d'un tribunal pour mineurs qui a inspiré une réforme en profondeur de la législation sur la justice pour mineurs en Indonésie.

Soutenir nos actions