Un appel mondial pour le Sahel

Publié le 28 mars 2006 | Modifié le 31 mars 2016

Les Nations Unies ont lancé mardi 28 mars à Dakar un appel de fonds pour 2006 d'environ 92 millions de dollars pour les pays du Sahel afin d'aider à couvrir les besoins alimentaires et nutritionnels de l'une des régions les plus pauvres du monde.

Un communiqué du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) publié aujourd'hui à Dakar, Genève et New York précise que « l'appel, d'un montant de 91 942 594 dollars, concerne quatre pays du Sahel - Burkina Faso, Mali, Mauritanie et Niger - et comprend 22 projets conçus par huit organisations humanitaires », dans les domaines de l'agriculture, de l'alimentation, de la nutrition et de la santé.

Outre l'ONG Afrique verte, y participent les agences des Nations Unies suivantes : l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Programme alimentaire mondial (PAM), l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), OCHA et l’UNICEF.

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Afrique de l'Ouest, Ahmedou Ould-Abdallah, a souligné : « Nous ne pouvons pas attendre que des milliers de personnes, majoritairement des femmes et des enfants, meurent de faim ou de malnutrition pour réagir ».

Les pays du Sahel, qui avaient traversé une crise alimentaire et nutritionnelle en 2004/2005, se préparent à vivre une période de soudure difficile (d'avril à octobre) en dépit de bonnes récoltes. Les ménages, considérablement fragilisés par les crises passées, sont démunis. Nombreux sont, par exemple, les familles qui remboursent encore aujourd'hui les dettes contractées l'année précédente pour se nourrir.

La directrice adjointe du Bureau régional du PAM en Afrique de l'Ouest, Christine Van Nieuwenhuyse a déclaré : « 2005 a été l'une des années les plus difficiles que le Sahel ait jamais connue. Les pays affectés ne s'en remettront pas du jour au lendemain, mais nous devons faire tout notre possible pour que les populations vulnérables ne connaissent pas encore une autre période de misère ».

Dans les pays du Sahel, les premières victimes de la malnutrition sont les enfants. Selon les enquêtes menées par l'UNICEF, les enfants de moins de trois ans sont les plus vulnérables. Le directeur adjoint du Bureau régional de l'UNICEF, Théophane Nikyema a indiqué : « Cette année, la malnutrition sera responsable de la mort de plus de 300 000 enfants dans le Sahel si les mesures qui doivent être prises ne le sont pas à temps. Nous savons ce qu'il faut faire, mais il nous faut pour cela les moyens dès aujourd'hui ».

L'appel de fonds pour le Sahel vient compléter l'appel humanitaire consolidé (CAP – Consolidated Appeal Process) pour l'Afrique de l'Ouest, lancé fin novembre dernier pour un montant de 145 millions de dollars.

Soutenir nos actions