Un webdoc pour donner la parole aux jeunes

Publié le 04 mai 2010 | Modifié le 31 mars 2016

Le projet concerne l’est de la République Démocratique du Congo, où l’UNICEF mène un "Programme Elargi d’Assistance aux Retours" (PEAR) destiné aux populations déplacées par le conflit.

Ils sont cinq jeunes Congolais de Goma, dans l'est de la République Démocratique du Congo (RDC), non loin de la frontière rwandaise. Gloria, Félicien, Kelvin, Jeannot et Junior. Lycéens ou étudiants, ils ont entre 17 et 25 ans et militent pour les droits des enfants.

Depuis l'été 2008, équipés de caméras par l'Unicef, ils enquêtent sur les conséquences des guerres incessantes dans leur pays, qui ont fait plus de cinq millions de morts.

Le contexte de ces reportages

Leurs reportages s’inscrivent dans un contexte : celui du retour des personnes déplacées. En effet, avec le déroulement des premières élections démocratiques depuis 40 ans en RDC fin 2006, un retour progressif des déplacés internes dans le pays s’est mis en place. Selon OCHA (Organisme de coordination des actions humanitaires des Nations unies) jusqu’en octobre 2008, près de 1,5 millions de déplacés sont retournés chez eux spontanément. Toutefois les conditions de vie dans les zones de retour restaient très précaires et les besoins d’assistance au retour pour l’intégration et la relance communautaire demeuraient énormes.

En novembre 2006, l’Unicef et ses partenaires ont lancé le PEAR (Programme Elargi d’Assistance aux Retours) en vue d’apporter une assistance de premier plan aux personnes retournées qui rentraient dans leurs villages d’origine et qui présentaient des critères de vulnérabilité. Le PEAR est géré par l’Unicef et ses partenaires dans 3 provinces à l’est du pays : Ituri, Nord Kivu et Sud Kivu. Au Katanga, le PEAR a été finalisé dès octobre 2008.
 
En 2006, lors de son lancement, l’objectif du PEAR était d’évaluer la situation de près d’1 million de personnes déplacées-retournées, et de fournir à 500 000 d’entre elles une assistance en deux phases :

  • Le PEAR : une phase "humanitaire" de couverture des besoins essentiels (fourniture d’abris temporaires, de vêtements, de kits de cuisine, de kits de santé de base, de jerrycans, de couvertures, de savons, de matelas …) ;
  • Le PEAR + : une phase de réhabilitation et de reconstruction à long terme des services sociaux fondamentaux.

Ainsi, jusqu’en 2008, 260 salles de classe ont été réhabilitées dans 45 écoles des 4 provinces dans lesquelles le programme est opérationnel. Pour chaque école, des latrines ont également été construites visant à améliorer les conditions sanitaires. En outre, 202 kits de récréation, 76.965 kits pour élèves et 1.943 kits pour enseignants ont été distribués au début de l’année scolaire.

En février 2009, 76 abris d’urgence avaient été distribués ainsi que des biens non alimentaires pour 145.761 familles rentrées chez elles (soit environ 728.805 personnes).

Le programme PEAR+ lancé en août 2008 par l’Unicef et ses partenaires a commencé la mise en œuvre de ses activités dans les zones pilotes que sont l’Ituri et la province du Sud Kivu.

C’est dans le cadre de ce programme que s’inscrit le projet "Témoins du dedans", soutenu par l’Unicef France, et qui permet tout à la fois l’expression des jeunes (pour les cinq reporters du web doc) et la sensibilisation du grand public aux questions humanitaires qui sont en jeu dans cette région du monde.

Média

Webdocumentaire : Témoins du dedans

En savoir plus

"Témoins du dedans", un projet UNICEF-Ligne4

Le web-documentaire sur la situation humanitaire de l'est de la République Démocratique du Congo donne la parole à de jeunes reporters amateurs. Pour les aider à faire connaitre une crise oubliée des médias, Ligne4 et l'UNICEF France ont produit ce documentaire diffusé à partir du 12 mai 2010 par unicef.fr et LeMonde.fr.

Les vidéos de ces jeunes web-reporters portent, sur le conflit, un regard qui n'est pas celui des professionnels de l'information. Enfants, ils ont vécu le traumatisme de la fuite. Depuis quinze ans, ils n'ont jamais connu de vraie paix à Goma. Ils sont des "spect-acteurs", des témoins du dedans.

L'ambition est de changer le point de vue habituel sur une crise africaine et d'utiliser les nouvelles technologies du web pour montrer, pour une fois, la dimension active et courageuse de l'Afrique, racontée par de jeunes Africains.

Soutenir nos actions