Une génération sans SIDA : un objectif à portée de main

Publié le 31 octobre 2013 | Modifié le 06 juillet 2015

La Journée mondiale de lutte contre le SIDA, chaque 1er décembre, est un rendez-vous privilégié pour l’UNICEF afin de faire connaitre son action en la matière auprès des enfants et des mères, et établir un point sur les progrès.
C’est aussi l’occasion pour l’UNICEF d’affirmer son objectif: «Vers une génération sans SIDA».

« Les enfants devraient être les premiers à bénéficier de nos réussites dans la lutte contre le VIH, et les derniers à souffrir de nos échecs », Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF.
Il faut dire que depuis plus de deux décennies, l’UNICEF joue un rôle crucial dans la mobilisation et l’engagement des ressources, la mise en œuvre d’actions, en matière de lutte contre le VIH chez les enfants. Pour preuve, un chiffre encourageant d’après le dernier rapport sur l’épidémie mondiale de sida de l’ONUSIDA (2013) : chez les enfants, les nouvelles infections ont baissé de 52 % entre 2001 et 2012.

Le chemin est encore long pour atteindre une réussite totale dans cette lutte, mais l’UNICEF estime que toute une génération sans SIDA est à portée de main. C’est-à-dire une génération au sein de laquelle aucun enfant ne naitrait avec le VIH, ni ne contracterait le virus pendant les vingt premières années de sa vie.
Cette mission commence avec et par les enfants.

« Vers une génération sans SIDA », la vision stratégique de l’UNICEF pour 2014-2017

L’action de l’UNICEF en matière de lutte contre le VIH se décompose en deux temps :

  • Jusqu’à 2015, le programme « Unissons-nous pour les enfants, contre le SIDA » met l’accent sur l’élimination des nouvelles infections à VIH chez les enfants dans la première décennie de leur vie (y compris maintenir les mères en vie et en bonne santé)
  • Après 2015, l’accent sera mis sur la deuxième décennie de leur vie, l’adolescence

Dans les deux phases, l’UNICEF veille à ce que ni l’âge, la pauvreté, l’inégalité entre les sexes, ni l’exclusion sociale, ne déterminent l’accès au traitement, aux soins, et à la prévention pour les enfants.

Des progrès encourageants, des efforts à maintenir

Le dernier rapport sur l’épidémie mondiale de sida de l’ONUSIDA (2013) révèle des progrès notables et significatifs. De manière générale, au cours des dix dernières années, le paysage des épidémies nationales de VIH a radicalement changé, en mieux dans la plupart des pays, et en particulier en Afrique subsaharienne. Les pays de cette région ont réalisé des progrès historiques dans la lutte contre l’épidémie de sida.
Pour 2012, le rapport estime à 2,3 millions le nombre de nouvelles infections à VIH chez les adultes et les enfants, soit 33 % de moins qu’en 2001. Chez les enfants, les nouvelles infections ont été réduites de 260 000, soit 52 % de moins qu’en 2001. Les décès liés au sida ont aussi diminué de 30 % depuis leur pic de 2005 grâce à un élargissement de l’accès au traitement antirétroviral.
 
Mais, malgré les nouvelles encourageantes en conclusion du rapport, les épidémies nationales continuent de s’étendre dans de nombreuses régions du monde, comme en Afrique du Nord, au Moyen Orient et en Asie centrale.
 
La Journée mondiale de lutte contre le SIDA est donc un moment important pour redoubler d’efforts et se concentrer sur ces pays les plus concernés.
 

En savoir plus :
En savoir plus

En 2012, on estimait à :
• 35,3 millions de personnes vivant avec le VIH
• 2,3 millions de personnes nouvellement infectées par le VIH dans l'année
• 1,6 million de décès à cause du VIH dans l'année

Soutenir nos actions

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF