Universités et territoires s'allient pour l'engagement solidaire

Publié le 25 mars 2013 | Modifié le 13 juillet 2015

Un an après sa création, l’Observatoire de la responsabilité sociétale des université (ORSU) dévoile les conclusions d’un rapport sur le rôle des universités et des territoires pour favoriser l’engagement solidaire des étudiants. Une présentation organisée par l'Afev et l'UNICEF France. 

Le rapport « Universités et territoires : un état des lieux des pratiques en terme de responsabilité sociétale des universités [RSU] ! » propose quatre recommandations pour étendre la RSU : 

1 - Utiliser la RSU pour une coopération renforcée entre universités et collectivités territoriales

La RSU désigne les nombreux projets actuellement mis en place pour la vie sur le campus et le lien entre l’université et le territoire. Parmi ces dispositifs, on peut citer l’ensemble des actions sociales et culturelles, le soutien à la vie associative, ainsi que le développement de la recherche et de l’innovation. « Tout notre effort consiste à donner à ces actions une plus grande visibilité et une plus grande cohérence », précise Jean-François Balaudé, président de l'université de Nanterre.
 

2 - Intégrer la RSU dans les contrats entre les différents acteurs

 
La RSU est intégrée dans le discours et la pratique des acteurs interrogés, mais figure encore peu sous cette dénomination dans les différents textes (contrats d'établissements, schémas directeurs de l'enseignement supérieur, conventions partenariales).
« La RSU constitue un critère d’évaluation et de choix dans les partenariats que notre municipalité va développer avec les universités », prévient Joëlle Schirrer, adjointe au maire déléguée à l’enseignement supérieur, la recherche et la formation professionnelle de Besançon.
 

3 - Faire de la RSU un outil transversal à toute la communauté universitaire

 
La RSU se traduit dans des projets à destination soit des étudiants, soit des personnels ou des enseignants-chercheurs. D'où une difficulté à traiter de la communauté universitaire dans son ensemble. « Dès que l’on aborde les questions de logement, de transport, de restauration, les intersections entre vie étudiante et vie des salariés sont évidentes : se nourrir, se rendre de son domicile à son lieu de travail, l’université, c’est valable pour tout le monde, constate Jean-François Béteau, président de la fédération nationale de conseil en action sociale pour l'enseignement supérieur et la recherche (FNCAS). Le lien social entre étudiants et personnels est absolument fondamental ».
 

4- Favoriser l’engagement solidaire des étudiants et des personnels

 
L’action des institutions pour favoriser l’engagement solidaire existe mais n’est pas suffisante. Selon notre enquête, plus de la majorité des étudiants interrogés estiment que leur université (56 %), leur ville ou leur région (53 %), soutiennent pas assez ou un peu les projets solidaires des étudiants. Il faut aujourd’hui aller plus loin et rendre systématique une valorisation de l’engagement dans les cursus et les carrières, en l’inscrivant dans la prochaine loi sur l’enseignement supérieur et la recherche. « Pour nous, la culture fait entièrement partie de l'éducation, estime Jean-Paul Roumégas, conseiller pour la vie étudiante du CNOUS. Elle est un complément naturel des connaissances académiques : on forme techniquement à des professions, mais aussi des citoyens ».
En savoir plus
- Qu’est-ce que la RSU ? La responsabilité sociétale des universités encourage les établissements d'enseignement supérieur à prendre en compte les enjeux sociaux, culturels, économiques et environnementaux dans leurs politiques d'établissements. Pour Camille Galap, président de l’ORSU, « la RSU est une véritable opportunité pour changer la vision de l’université à l’échelle territoriale, nationale, européenne et internationale. »
 

Soutenir nos actions