Urgence Liban : de graves pénuries d'eau aggravent la situation désespérée des enfants et des familles

Publié le 28 août 2020

UNICEF et ses partenaires réhabilitent et reconnectent les infrastructures essentielles de l'eau.

Beyrouth/Paris, le 28 août 2020 - 300 000 personnes à Beyrouth continuent d'être confrontées à un manque d'accès aux services essentiels d'eau potable et d'assainissement, a averti UNICEF aujourd'hui, plus de trois semaines après l'énorme explosion qui a ravagé la capitale du Liban.

Alors que les infrastructures publiques d'approvisionnement en eau n'ont heureusement subi que des dommages mineurs et restent pour la plupart fonctionnelles, les explosions ont aggravé une situation déjà précaire en termes d'accès à l'eau potable et aux services d'assainissement dans la grande agglomération de Beyrouth, un nombre important de réservoirs d'eau et de systèmes de plomberie dans les bâtiments proches de l'explosion ayant été endommagés. On estime que 130 bâtiments dans la zone touchée ont été complètement déconnectés du réseau principal d'eau et que les systèmes d'eau de plus de 500 bâtiments occupés ont été endommagés.

L'accès à l'eau potable, une priorité

« Alors que les cas de COVID-19 continuent à augmenter, il est plus qu’essentiel de s'assurer que les enfants et les familles dont la vie a été bouleversée par l'explosion aient accès à de l'eau potable et à des installations sanitaires », a déclaré la représentante d'UNICEF au Liban, Yukie Mokuo. « Lorsque les communautés n'ont pas accès à cette nécessité critique, le risque de maladies transmises par l'eau, ainsi que la COVID-19, peut monter en flèche », a-t-elle ajouté.

De nombreuses familles n'ont pas de raccordement au réseau d'eau, et le manque d'eau potable et d'assainissement est de plus en plus préoccupant. En outre, de nombreux ménages dans les quartiers touchés achètent généralement l'eau - en bouteille ou par camion - et sont confrontés à des difficultés d'accès aux services d'eau, en particulier avec la hausse des températures estivales, les prix étant également susceptibles d'augmenter.

La situation est particulièrement critique pour les quelque 300 000 personnes - dont environ 100 000 enfants - dont les maisons ont été endommagées ou détruites par l'explosion.

Assurer le lavage des mains réguliers

Au lendemain de l'explosion, UNICEF a commencé à travailler avec ses partenaires et les autorités responsables de l'eau pour évaluer les dégâts causés aux infrastructures essentielles et commencer à répondre aux besoins prioritaires. UNICEF et ses partenaires ont aidé l'établissement des eaux de Beyrouth Mont Liban BML à évaluer les dommages causés aux réseaux publics d'eau et à fournir un soutien pour les réparations et les interventions nécessaires.

UNICEF et ses partenaires ont reconnecté plus de 100 bâtiments au réseau public d'eau et installé 570 réservoirs d'eau dans les foyers endommagés sur un besoin estimé à 3 300 réservoirs à remplacer. UNICEF a également fourni de l'eau aux premiers intervenants et a distribué plus de 4 340 kits d'hygiène et 620 kits pour bébés aux familles touchées, et a assuré le transport de l'eau par camion à 20 foyers et à trois centres de la Croix-Rouge libanaise.

Cette action est particulièrement cruciale compte tenu de la pandémie de COVID-19 en cours, car une méthode de prévention clé est le lavage régulier des mains avec du savon et de l'eau potable.

« L'une de nos priorités immédiates était de veiller à ce que les enfants et les familles touchés, ainsi que les intervenants en première ligne, aient accès à de l'eau potable », a déclaré Yukie Mokuo. « En travaillant avec les autorités compétentes et nos partenaires, nous avons pu atteindre plus de 6 650 enfants et leurs familles, mais il y a encore beaucoup à faire et le temps est compté. »