Urgence pour les Philippines !

Publié le 01 octobre 2009 | Modifié le 28 décembre 2015

Les pluies diluviennes et les inondations ont affecté près de 2 millions de Philippins. Au moins 200 personnes ont perdu la vie.

La tempête tropicale Ketsana a affecté le week-end dernier un quart de la ville de Manille et 24 provinces du pays. En 12 heures, l’équivalent d’un mois de pluie est tombé sur les Philippines. Il y a quelques jours, on estimait à un million le nombre de personnes affectées par cette catastrophe naturelle. Les estimations les plus réalistes donnent aujourd’hui 1,8 million de personnes touchées, dont plusieurs centaines de milliers de Philippins déplacés.

« Comme un tsunami »

Le docteur Marinus Gotink, chef de la santé et de la nutrition au bureau de l’Unicef aux Philippines s’est rendu dans les zones dévastées. « Les personnes décrivent ce qu’il s’est passé comme un tsunami, explique-t-il. En moins d’une heure, les eaux ont dépassé de quatre ou cinq mètres leurs niveaux habituels. Les maisons construites près des rivières et les ponts,  ont été détruites. »

Les familles vivant dans des habitats déjà précaires ont été très durement touchées par ces pluies torrentielles et les inondations qui ont suivi. « De nombreuses familles vivent au bord des rivières, poursuit le docteur Gotink. Elles essaient de reconstruire et de nettoyer le peu de choses qu’il leur reste. Ces personnes ont tout perdu. »

Flambées de maladies

« Les rivières qui ont quitté leurs lits servaient de décharge pour les ordures, explique le docteur Gotink. Avec les inondations, ces déchets se sont logés dans les arbres, sur les toits des maisons… Cela pue et les personnes essaient de prendre ces ordures de leurs mains nues afin de les remettre dans les rivières. » L’Unicef craint aujourd’hui une flambée de maladies liées au manque d’eau potable et d’assainissement. Des kits destinés aux familles ont été distribués. Ils contiennent des seaux, des bidons, des tablettes de purification d'eau, du savon, des sels de réhydratation pour 6500 familles. 4,5 millions de tablettes de purification d'eau ont également quitté la centrale de l'Unicef à Copenhague à destination de Manille.

« Les conditions sont réunies pour la propagation de maladies, particulièrement parmi les enfants. Nous distribuons des kits d’urgence aux personnels de santé de Etat et travaillant pour des ONG pour qu’ils aient l’équipement et les médicaments nécessaires en cas de besoin» explique Vanessa Tobin, représentante de l’Unicef aux Philippines.

D'autres états de la région touchés

La tempête tropicale Ketsana a également frappé le Laos. Quatre provinces du sud du pays sont inondées. Difficile pour l’instant de connaître exactement l’ampleur des dégâts causés par le typhon, les lignes téléphoniques étant coupées, des routes bloquées. La voie principale menant à trois des provinces touchées est endommagée, avec plusieurs ponts disparus dans les eaux. Les premiers rapports donnent plusieurs dizaines de villages inondés, des maisons, des écoles détruites. Dans la province de Sekong, les cours d’eau auraient dépassé de 20 mètres leurs niveaux habituels. Pour l’instant, aucune mort n’a été confirmée mais de nombreuses personnes sont portées disparues à Attapeu. Les populations touchées par ces inondations ont besoin de vivres, de vêtements, de tentes pour s’abriter.

Au Vietnam, près de 100 décès ont déjà été confirmés dans les douze provinces affectées. 500 familles sont bloquées dans des villages par les inondations causées par la tempête tropicale Ketsana au Vietnam. Des glissements de terrain ont touché les régions montagneuses, tandis que les plaines ont été affectées par la montée des eaux.  Plusieurs milliers de maisons ont été détruites. Dans certaines provinces, la moitié des centres de soins et de santé ont été dévastés. On dénombre déjà plus de 500 écoles détruites dans le pays.

Alors que l’aide d’urgence est en train de se mettre en place pour éviter la propagation de maladies liées à l’insalubrité de l’eau, l’Unicef s’inquiète également de la tempête tropicale Parma qui devrait toucher encore la région d’ici la fin de la semaine.

 

Soutenir nos actions