Valérie : toujours plus de Frimousses pour les enfants du monde !

Publié le 22 juillet 2011 | Modifié le 20 avril 2016

Originaire de Brighton en Angleterre, Valérie vit en France depuis 30 ans. Engagée en tant que bénévole depuis sept ans à l’Unicef France, elle investit beaucoup de temps et d’énergie dans un projet qui lui tient profondément à cœur : les Frimousses des écoles. À travers ces petites poupées, Valérie touche les enfants qu’elle rencontre et réalise un véritable travail de sensibilisation auprès des adultes de demain.

« Aider les enfants, ça me correspond tout à fait », raconte Valérie avec beaucoup d’enthousiasme. « Je trouve que j’ai beaucoup de chance dans la vie. Alors j’ai voulu redonner en échange », poursuit-elle dans un délicieux accent british. Peu de temps après son arrivée à l’Unicef France, Valérie prend en main le projet des Frimousses. Très motivée par cette démarche (initiée au départ par le comité italien pour l’Unicef), notre bénévole se lance corps et âme dans le projet. « J’ai travaillé à temps plein les quatre premières années pour mener ce projet à bien », rappelle t-elle. « Au départ, j’allais seule dans les écoles. Je faisais du plaidoyer en diffusant des films sur la vaccination, en donnant des affiches de l’UNICEF… ». Sans relâche, cette maman de deux enfants, construit pierre par pierre son projet, avec l’aide du service « événements » de notre association. Le résultat en vaut le détour.

Atteindre les enfants et leurs parents

Après avoir travaillé dans la communication internationale, Valérie décide de se consacrer à la cause des enfants. « À ce moment-là, mes enfants étaient à l’école primaire », confie t-elle. « J’ai rencontré leurs enseignantes et leur ai expliqué en quoi consistaient les Frimousses ». Leur réaction a été très positive. Dans le cadre des « Frimousses des écoles », les enfants fabriquent eux-mêmes leur poupée et si leurs parents le souhaitent, ils font un don pour adopter cette poupée. Ce don est destiné à financer des programmes de vaccination, dans différents pays du monde.  « Ce qui est super, c’est que les enfants adorent ces petites poupées. Ils ont soif d’apprendre. », affirme Valérie. « Les instituteurs sont très intéressés aussi, car ce genre de projet relève de la partie « éducation civique » de leur enseignement. On leur remet un dossier pédagogique où tout est expliqué, et tous les modèles de vêtement s’y trouvent », explique notre bénévole.

« La sensibilisation des enfants c’est une action qui sert sur le long terme », souligne t-elle. « Ils parlent des Frimousses à leurs parents, à leurs frères et sœurs, etc ». À travers les Frimousses des écoles, il y a vraiment deux objectifs : la sensibilisation et la collecte de dons. Et comme Valérie fait les choses bien, elle rappelle que la fabrication des Frimousses est adaptée aux enfants. Pour leur faciliter la démarche, on leur prépare un corps de poupée, avec un simple bout de tissu et il n’y a plus qu’à la rembourrer et à l’habiller « comme on veut ». Pas besoin de savoir coudre !

Faire connaître les Frimousses dans toute la France

Dans les premiers temps, le projet a bien pris à Paris. Maintenant, Valérie essaie de mettre ça en place dans la France entière. « On a commencé à se déplacer à deux bénévoles dans les comités départementaux », dit-elle. « D’ailleurs aujourd’hui, on cherche des bénévoles pour intervenir dans les écoles dans les différents départements ». Et comme Valérie est une sacrée chalangeuse, rien ne lui fait peur ! « Notre prochain défi : que chaque comité départemental touche 1 ou 2 écoles pour sensibiliser 20 000 enfants dans l’année à venir ! ».

Aujourd’hui, les Frimousses se déclinent non seulement dans le cadre scolaire, mais aussi auprès du grand public avec les Frimousses du Monde et dans le monde de la mode avec les Frimousses de Créateurs, dont se chargent les collègues, salariées et bénévoles, de Valérie. Chapeau bas !

Média

Diaporama

Soutenir nos actions