Vanuatu : l’UNICEF lance un nouvel appel de fonds pour combler le manque de financement

Publié le 24 mars 2015 | Modifié le 31 mars 2016

Après le passage du cyclone Pam au Vanuatu, les besoins humanitaires sont de plus en plus importants tandis que le manque de financement est criant. L’UNICEF n’a reçu que 15% des fonds nécessaires pour apporter une aide d’urgence aux 82 000 enfants affectés ainsi que dans les îles voisines du Pacifique Sud. Un nouvel appel de fonds de 4,3 millions d’euros est lancé.

L’UNICEF n’a reçu que 15% des fonds nécessaires pour fournir une aide d’urgence aux milliers d’enfants et familles affectés par le passage du cyclone Pam au Vanuatu et dans d’autres îles du Pacifique. L’organisation alerte sur le manque important de financement alors même qu’elle annonce un nouvel appel humanitaire de 4,8 millions de dollars (4,3 millions d’euros), inclus dans l’appel global des Nations unies lancé le 24 mars, d’un montant de 29,9 millions de dollars.
Environ 82 000 enfants, soit deux tiers des enfants du Vanuatu, ont besoin d’une assistance humanitaire.
 
L’UNICEF se concentre sur l’accès à l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène, ainsi que sur les services de santé comme la vaccination, pour les enfants du Vanuatu mais aussi des îles Tuvalu, Salomon et Kiribati. L’organisation fournit des traitements contre la diarrhée et des suppléments en nutriments, assure les soins pour les nouveau-nés tout en intervenant pour la protection des enfants contre la violence, les abus et l’exploitation.
 
« Les enfants, particulièrement ceux vivant dans les zones les plus isolées, sont en danger en ce moment même, affirme Karen Allen, la représentante de l’UNICEF Pacifique. L’accès à l’eau potable est une priorité absolue -toutes les îles de l’archipel souffrent du manque d’eau- les inondations et le manque d’assainissement et d’accès aux soins représentant un risque important de maladies ».
 
« Les opérations de préparation à l’urgence (systèmes d’alerte, utilisation d’éclairage traditionnel dans les habitations) ont heureusement permis d’éviter un grand nombre de décès, continue Karen Allen. Les secours d’urgence ont commencé à arriver aux victimes bien que la logistique sur place soit compliquée et très couteuse ».
 
Les écoles ont officiellement rouvert le lundi 24 mars 2015, mais 50% des bâtiments scolaires dans les provinces du Vanuatu sont endommagés, 34 écoles sont utilisées comme centres d’évacuation et les habitations de certains enseignants sont aussi détruites. L’UNICEF travaille pour assurer le retour à l’école de plus de 30 000 enfants affectés par le cyclone, dans les meilleurs délais.
 
Au 23 mars 2015, l’UNICEF a reçu environ 769 000 dollars en réponse à son appel de fonds d’urgence.
« Nous avons engagé 2,7 millions de dollars en approvisionnement et en frais de transport, certains fonds nous ont été prêtés et devront être remboursés, précise Karen Allen. L’aide d’urgence continue tout de même d’arriver, mais nous avons besoin de fonds supplémentaire au plus vite afin d’aider davantage d’enfants, en particulier ceux des îles les plus isolées. »
 
L’aide en réponse au cyclone Pam implique des défis logistiques énormes. Les îles Kiribati, Salomon, Tuvalu et l’archipel du Vanuatu sont composées de nombreuses îles – 83 pour le Vanuatu – ce qui engendre des coûts très élevés pour acheminer le matériel d’urgence.
 
Les enfants du Vanuatu ont encore besoin de notre aide en ce moment.
Aidez-nous à porter secours aux enfants dans les urgences.

 
Pour en savoir plus :
Cyclone Pam au Vanuatu : situation d’urgence pour les enfants
Cyclone Pam au Vanuatu : l'un des pires de l'histoire du Pacifique, l'UNICEF sur place
 

En savoir plus

Évolution de la situation, en quelques chiffres :
Environ 82 000 enfants ont besoin d’une aide urgente
• 166 000 personnes affectées, soit la moitié de la population du Vanuatu
• 90 % des habitations de la capitale ont été endommagées ou détruites
 
La réponse d’urgence de l’UNICEF :
Les équipes de l’UNICEF sont déjà en train d’intervenir sur place au Vanuatu mais aussi dans les iles voisines comme Salomon, Tuvalu et Kiribati.
 
L’aide d’urgence apportée aux enfants comporte entre autres :
• Fourniture d’eau potable, de pastilles de purification d’eau, savon et autres matériels d’hygiène et assainissement
• Livraison de matériels médicaux et de soins
• Distribution de produits alimentaires et nutritionnels
• Protection des enfants, notamment les plus fragiles et traumatisés
• Soutien au rétablissement des services et infrastructures

Soutenir nos actions