Vers une victoire pour les enfants ?

Publié le 15 juin 2010 | Modifié le 31 mars 2016

A l’occasion de la Coupe du monde de football, l’UNICEF et ses partenaires se mobilisent pour les enfants.

« La Coupe du monde dans mon village ». Un programme mené dans deux pays d'Afrique par l'Unicef, la fondation Children's Radio et divers partenaires locaux. Il donnera à des jeunes, qui autrement ne pourraient pas le faire, la possibilité de regarder les matchs de la Coupe du monde sur des écrans montés en plein air. Ces écrans spéciaux ont été installés dans le district de Rubavu, au Rwanda, dans la localité de Mongu et dans un camp de réfugiés à Mayukwayukwa en Zambie. Des endroits où il n'y a pas d'électricité ou d'accès aux communications. En plus des matchs de football, les écrans présenteront des informations importantes sur la santé des enfants et leurs droits.

Et en Afrique du sud…

Dans le pays d'accueil, un partenariat spécial entre l'UNICEF et le gouvernement sud-africain se consacrera aux difficultés qui pourraient survenir en raison de l'afflux massif de personnes. Dans un pays où 12 millions d'enfants vivent dans la pauvreté, une attention particulière est apportée aux mineurs non accompagnés, certains d'entre eux pouvant être incités à se rendre dans les villes où se déroulent les matchs en quête d'un emploi.

Une vaste campagne de communication, « Carton Rouge », a été lancée pour faire passer l'idée que les mauvais traitements envers les enfants et leur exploitation ne sont pas tolérés en Afrique du Sud. Visant les enfants, les parents et les touristes, la campagne utilise des moyens de sensibilisation par voie numérique, électronique et par l'intermédiaire de la presse pour mettre en garde contre les mauvais traitements infligés aux enfants, leur exploitation, le tourisme sexuel impliquant des mineurs et la traite d’enfants.  

Hôtels, loueurs de véhicules et agences de voyage diffuseront aussi des informations relatives aux droits des enfants et à la sécurité au sein de leurs réseaux. La campagne « Carton Rouge » devrait toucher des millions de personnes en Afrique du Sud et dans les pays voisins.

 

Jusqu’à 45 000 supporters…

Des espaces « amis des enfants », soutenus par l'Unicef et ses partenaires, ouvriront sur le site des plus importantes fêtes de supporters (« fan fests ») de la FIFA à Soweto, Nelspruit et Port Elizabeth. Les sites devraient accueillir de 15 000 à 45 000 supporters ainsi que des travailleurs sociaux, des éducateurs pour les enfants et les jeunes mais aussi des bénévoles spécialement formés pour identifier les enfants qui ont urgemment besoin de protection et de prise en charge. Des écrans diffuseront les matchs dans ces espaces et des activités adaptées à l'âge des enfants seront disponibles. Les familles pourront faire porter des bracelets numérotés aux enfants pour faciliter une réunification sans problèmes dans le cas où les parents et les enfants seraient séparés.

« La Coupe du monde nous donne l’occasion de tourner l'attention du public sur les risques particuliers que courent les enfants dans des pays comme l'Afrique du Sud et dans le monde et sur les mesures particulières que nous sommes capables de prendre pour les protéger de ces dangers, explique Anthony Lake, Directeur Général de l'Unicef. Nous pouvons utiliser la popularité du sport pour promouvoir les droits des enfants et leur bien-être dans le monde. »

 

Cliquez ici pour lire le témoignage d'Eric, Ivoirien de 13 ans, à l'occasion du mondial 2010.
 

Autour du VIH/sida

En Afrique du Sud, la prévalence du VIH/sida est élevée et l'Unicef a également participé à des opérations de prévention pour informer les jeunes et leurs familles sur les risques qu'ils courent. La campagne « Frères pour la vie » se sert ainsi de la notoriété de quelques-uns des meilleurs joueurs de football du monde dont Lionel Messi, Ryan Giggs, Thierry Henry et Patrice Evra. Par l'intermédiaire d'annonces placées sur des panneaux d'affichages dans tout le pays, la campagne encourage un comportement positif de la part de la population masculine, les tests de dépistage du VIH/sida, des rapports sexuels sans risque et la limitation de la consommation d'alcool.  

Soutenir nos actions