Yémen : Le nombre d'enfants mal nourris pourrait atteindre 2,4 millions d'ici la fin de l'année

Publié le 26 juin 2020

Les enfants yéménites sont confrontés à une faim mortelle et à des pénuries d'aide alors que la pandémie de COVID-19 se propage

Le nombre d'enfants mal nourris pourrait atteindre 2,4 millions d'ici la fin de l'année, soit une augmentation de 20 %.

Des millions d'enfants au Yémen pourraient être poussés "au bord de la famine" en raison de l'énorme manque de financement de l'aide humanitaire dans le contexte de la pandémie de COVID-19 - selon un nouveau rapport d'UNICEF marquant plus de cinq ans depuis l'escalade du conflit dans le pays.

Le Yémen cinq ans plus tard : Les enfants, le conflit et la COVID-19 avertit que, alors que le système de santé et les infrastructures dévastées du Yémen luttent pour faire face au coronavirus, la situation déjà désastreuse des enfants risque de se détériorer considérablement. Le rapport le montre :

  • 30 000 enfants supplémentaires pourraient développer une malnutrition aiguë sévère potentiellement mortelle au cours des six prochains mois, et le nombre total d'enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition pourrait atteindre 2,4 millions, soit près de la moitié de tous les enfants de moins de cinq ans du pays et une augmentation d'environ 20 % ;
  • D'ici la fin de l'année, 6 600 enfants de moins de cinq ans supplémentaires pourraient mourir de causes évitables, soit une augmentation de 28 %* ;
  • Le système de santé est au bord de l'effondrement. Après des années de conflit, seule la moitié des établissements de santé sont opérationnels, avec d'énormes pénuries de médicaments, d'équipements et de personnel ;
  • Le mauvais accès à l'eau et à l'assainissement alimente la propagation de COVID-19. Environ 9,58 millions d'enfants n'ont pas un accès suffisant à l'eau potable, aux installations sanitaires ou à l'hygiène.
  • Avec la fermeture des écoles, 7,8 millions d'enfants n'ont pas accès à l'éducation.
  • L'absence généralisée des classes et la détérioration de l'économie pourraient exposer les enfants à un risque accru de travail, de recrutement dans des groupes armés et de mariage. Les Nations unies ont recensé 3 467 enfants, dont certains n'ont pas plus de dix ans, recrutés et utilisés par des forces et des groupes armés au cours des cinq dernières années.

" Nous ne pouvons pas surestimer l'ampleur de cette urgence alors que les enfants, dans ce qui est déjà la pire crise humanitaire au monde, luttent pour leur survie alors que la COVID-19 s'installe ", a déclaré Sara Beysolow Nyanti, représentante d'UNICEF au Yémen. "Si nous ne recevons pas des financements d'urgence, les enfants seront poussés au bord de la famine et beaucoup mourront. La communauté internationale enverra le message que la vie des enfants dans une nation dévastée par les conflits, les maladies et l'effondrement économique, n'a tout simplement pas d'importance".

Le rapport avertit que si 54,5 millions de dollars ne sont pas reçus pour les services de santé et de nutrition d'ici la fin du mois d'août :

  • 23 500 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère risquent davantage de mourir ;
  • Jusqu'à un million d'enfants ne recevront pas les suppléments de micronutriments essentiels et la vitamine A, et 500 000 femmes enceintes et allaitantes ne bénéficieront pas du soutien nutritionnel essentiel, notamment des conseils sur l'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants, et des suppléments d'acide folique et de fer ;
  • Cinq millions d'enfants de moins de cinq ans ne seront pas vaccinés contre des maladies mortelles ;
  • 19 millions de personnes n'auront plus accès aux soins de santé, dont un million de femmes enceintes et allaitantes et leurs enfants ;

Le rapport souligne également que les services essentiels d'eau et d'assainissement pour trois millions d'enfants et leurs communautés commenceront à fermer à partir de la fin du mois de juillet, à moins que 45 millions de dollars US ne soient garantis. Cette situation aura des répercussions négatives supplémentaires sur plus de deux millions d'enfants souffrant de malnutrition exceptionnellement vulnérables, qui risquent de voir leur état nutritionnel se dégrader de manière désastreuse si l'aide est interrompue.

Au total, UNICEF lance un appel de 461 millions de dollars pour sa réponse humanitaire au Yémen, avec 53 millions de dollars supplémentaires pour sa seule réponse à la pandémie de COVID-19.  À ce jour, l'appel COVID n'est financé qu'à 10 % et l'appel humanitaire à 39 %.

UNICEF travaille avec l'Organisation mondiale de la santé et les autorités du Yémen pour apporter une aide vitale aux enfants qui en ont désespérément besoin, notamment :

  • Maintenir les services de santé généraux et les programmes humanitaires pour les enfants dans tout le pays - notamment en fournissant de l'eau potable et des installations sanitaires, en soutenant l'éducation et en protégeant les enfants vulnérables ;
  • Travailler à la suppression de la transmission de COVID-19 au niveau communautaire en diffusant des messages de prévention clés à plus de 16 millions de personnes par le biais de la télévision, de la radio et des médias sociaux ;
  • Acheter, transporter et distribuer des fournitures pour la pandémie ;
  • Sauver des vies en formant 30 000 agents de santé à la prévention et au contrôle des infections et en distribuant des milliers de kits d'hygiène.

"UNICEF travaille 24 heures sur 24 dans des situations incroyablement difficiles pour apporter une aide aux enfants qui en ont désespérément besoin, mais nous ne disposons que d'une fraction des fonds nécessaires pour y parvenir", a déclaré M. Nyanti. "Les enfants du Yémen ont besoin d'une paix et d'une stabilité durables dans leur pays. En attendant, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour sauver des vies et protéger les enfants".