Malnutrition au Yémen : Saba survivra-t-elle à la guerre ?

Publié le 04 mars 2019

La guerre au Yémen a privé de ressources les parents de Saba. Ceux-ci n’ont même plus les moyens de nourrir leurs enfants, qui dépérissent jour après jour.

Au Yémen, la situation de fillettes comme Saba n’est que trop courante. Quand sa mère l’a emmenée en urgence au centre thérapeutique de nutrition Al Qatea, financé par UNICEF, Saba ne pesait que 5,7 kilos. À son âge, son poids devrait être d’au moins 8 kilos. Le Dr. Waleed Ibrahim qui s’est occupé d’elle a tout de suite compris qu’elle souffrait de malnutrition aiguë sévère. Vu son état et ses symptômes – diarrhées et fièvre – cette enfant originaire d’Hodeïda risquait de mourir à tout moment.

Saba est prise en charge contre la malnutrition au Yémen

« Nous n'avons même plus de pain »

Le fait qu’elle puisse être prise en charge et soignée a été un soulagement pour sa mère. Depuis que la guerre a éclaté, le père de Saba n’a plus de travail et la famille n’a donc plus de moyens de subsistance. Pour eux qui disposaient auparavant d’un troupeau de moutons et de ruches pour s’approvisionner en miel, le quotidien est devenu invivable. Il y a encore quelques mois, « on mangeait du pain avec du thé, raconte la mère de Saba. Mais aujourd’hui, nous n’avons même plus de pain. »

Sur le terrain, nos équipes rencontrent tous les jours des cas comme celui de Saba. Nous avons mis en place des conseillers nutritionnels pour accompagner les familles et éviter que des rechutes se produisent après la sortie de l’hôpital. Mais aucun espoir durable ne pourra voir le jour tant que la guerre se poursuit. Le conflit touche des zones résidentielles, notamment des centres hospitaliers. Et il y a encore quelques jours, cinq enfants du sud d’Hodeïda ont été tués chez eux dans un bombardement.

Votre don à UNICEF peut permettre à Saba d’être soignée, accompagnée et prise en charge. Donnez-lui un avenir.

Soutenir nos actions