Zimbabwe : retour du choléra

Publié le 02 septembre 2009 | Modifié le 31 mars 2016

Au Zimbabwe, une nouvelle flambée de choléra semble inévitable. La dernière vague de cette maladie a touché 98 000 personnes et fait 4300 morts.

L’évolution de l’épidémie de choléra au Zimbabwe ces six dernières années ne laisse pas de place au doute : le pays peut se préparer à une nouvelle flambée de la maladie.
Si la précédente vague a été circonscrite, elle n’en reste pas moins spectaculaire : plus de 98 000 personnes touchées, dont 4 300 ont perdu la vie à cause de cette maladie.

L’ampleur et la force de la précédente flambée doivent inciter le pays à mieux se préparer pour la reprise de l’épidémie prévue pour la saison des pluies. Avec un assainissement de l’eau, des soins, il est possible de limiter le nombre de cas, de réduire le nombre de décès. Le manque d’infrastructures fait pourtant, encore une fois, redouter le pire aux travailleurs humanitaires.

Développer les infrastructures

Les conditions qui ont provoqué la dernière flambée de choléra sont malheureusement encore réunies sur le terrain. L’Unicef travaille donc avec ses partenaires pour l’assainissement de l’eau : distribution de tablettes de purification et de kits d’hygiène, installation de toilettes. 200 trous de sonde ont aussi été creusés pour permettre à la population d’accéder à de l’eau propre. Il faut également former les soignants au traitement de la maladie. Cette année, pour la saison des pluies, il faudra faire mieux encore que l’année dernière afin que le Zimbabwe dispose de meilleures infrastructures pour lutter contre l’épidémie.

Il faut se mobiliser pour les enfants qui restent les premières victimes de cette maladie. Le choléra provoque une déshydratation qui fait perdre beaucoup de poids aux personnes affectées. Les enfants, disposant de moins de réserves, souffrent plus encore de cette déshydratation et décèdent beaucoup plus rapidement que les adultes.

Le choléra en quelques infos

Le choléra est une infection bactérienne de l'intestin grêle. La fièvre et la diarrhée en sont les principaux symptômes. En l’absence de traitement et de réhydratation, le malade peut mourir en quelques jours. Le choléra est une maladie contagieuse, causée par la contamination de l’eau ou des aliments par des souillures d’origine fécale. L’accès à l’eau potable et à de bonnes conditions d’hygiène constitue donc un préalable indispensable pour prévenir ou contenir l’épidémie.

Soutenir nos actions