Cas de choléra au Burundi et en Tanzanie : l’UNICEF déclenche une opération de secours

Publié le 21 mai 2015 | Modifié le 30 juin 2015

Lac Tanganyika, frontière Burundi-Tanzanie, 21 mai 2015 – L’UNICEF a acheminé une aide d’urgence à la frontière Nord-Ouest de la Tanzanie avec le Burundi, pour répondre à l’épidémie de choléra qui se propage parmi les 50 000 réfugiés burundais rassemblés sur les rives du lac Tanganyika.

L’UNICEF a distribué dans la zone affectée le matériel nécessaire -en provenance du Burundi et de la Tanzanie- pour le traitement du choléra, ainsi que pour des interventions dans les domaines de l’eau et l’assainissement, de la santé et la nutrition. L’organisation travaille maintenant avec ses partenaires de part et d’autre de la frontière afin d’augmenter l’aide sur place.

Les troubles de ces derniers jours ont forcé plus de 110 000 personnes à fuir dans les pays voisins. La plupart sont des femmes et des enfants, et une majorité d’entre eux sont arrivés en Tanzanie où une épidémie de choléra a pour l’instant fait 27 victimes.

« Les enfants constituent plus de la moitié de la population qui se déplace et ils sont particulièrement vulnérables au choléra, selon la directrice régionale de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Est et du Sud, Leila Gharagozloo-Pakkala. Une action concertée des deux pays a permis d’accélérer la distribution de matériel essentiel pour juguler la propagation de l’épidémie. »

C’est dans le village de Kagunga (Tanzanie) que l’on dénombre le plus d’arrivées, avec environ 50 000 personnes qui campent sur les rives, dans une zone isolée et difficile d’accès.

La surpopulation et les mauvaises conditions sanitaires ont provoqué un pic de cas suspects et confirmés de choléra et de diarrhée aiguë parmi les réfugiés. A défaut de la mise en place d’un centre de traitement pour le choléra sur le site de Kagunga, la mortalité pourrait très rapidement augmenter.

Au Burundi, 15 cas suspects de choléra ont été transportés à l’hôpital de district de Nyanza Lac. Le ministère de la santé burundais et d’autres partenaires ont maintenant ré-ouvert un centre de traitement du choléra dans cette zone, avec le soutien de l’UNICEF.

Le matériel distribué par l’UNICEF comprend un kit de traitement du choléra pour 100 cas, du chlore, des savons, des comprimés de purification pour l’eau et des seaux en plastique. Des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi ont aussi été fournis par l’UNICEF afin de couvrir les besoins de 1 000 enfants vulnérables pendant une semaine.

Face aux affrontements à Bujumbura, les Burundais ont fui dans 3 pays voisins, le Rwanda, la République démocratique du Congo et la Tanzanie, où l’UNICEF déploie avec ses partenaires une assistance dans les domaines de la santé, de l’eau et l’assainissement, la protection des enfants et l’éducation.

Le communiqué de presse en PDF

Téléchargez ce communiqué au format PDF

Les réseaux sociaux en parlent