Centrafrique: des enfants brutalement pris pour cible lors des violences du weekend

Publié le 29 septembre 2015 | Modifié le 31 mars 2016

Des enfants ont été délibérément pris pour cible au cours de la dernière flambée de violences en République centrafricaine (RCA) qui a causé la mort de plus de trente personnes et fait plus de cent blessés samedi dernier à Bangui.

Dakar, Sénégal, 28 septembre 2015 - Des rapports préliminaires provenant d’organisations locales indiquent que trois garçons entre 16 et 17 ans ont été tués, l’un d’entre eux décapité, et qu’au moins deux garçons et deux filles entre 7 et 17 ans ont été blessés par des tirs ou des éclats de grenade au cours des combats opposant des groupes armés.

« Rien ne peut justifier les attaques délibérées contre des enfants », a déclaré Manuel Fontaine, Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. « Ces crimes affreux contre des garçons et des filles pris sous le feu de factions rivales doivent cesser, et ceux qui les ont commis devront être tenus pour responsables. »

L’UNICEF appelle toutes les parties au conflit à respecter leurs obligations au regard des lois internationales, et à cesser de prendre pour cibles les écoles ou les structures de santé.

Le conflit en RCA a déchiré les communautés à travers le pays, en laissant dans son sillage destruction et effondrement des services sociaux de base. Selon l’UNICEF, au moins un enfant a été tué ou mutilé chaque jour en 2014, et jusqu’à 10.000 enfants ont été recrutés par des groupes armés. Au cours du premier semestre de 2015, au moins 26 enfants ont été tués et 110 mutilés dans des affrontements.

La récente escalade de violence risque de conduire à une détérioration encore plus forte de la situation des enfants dans le pays, alors que ceux-ci sont déjà affectés par des services de santé perturbés, des niveaux préoccupants de malnutrition infantile, la fermeture de nombreuses écoles et le recrutement forcé par des groupes armés.

L’UNICEF travaille avec des partenaires locaux pour protéger les enfants de la violence en mettant en place des espaces protégés d’apprentissage, en fournissant un soutien psychologique aux enfants les plus affectés, en négociant avec les groupes armés pour libérer les enfants associés à leurs rangs et en leur fournissant le soutien nécessaire pour leur réintégration dans les communautés dans la mesure du possible.

En dépit des immenses besoins, les programmes de l’UNICEF en République centrafricaine souffrent d’un grave déficit de financement. A ce jour, moins de la moitié des 79,9 millions de dollars américains que l’UNICEF a demandés ont pu être récoltés. Parmi toutes les urgences humanitaires auxquelles répond l’UNICEF dans le monde, la crise en République centrafricaine est actuellement l’une des moins financées.

 

A lire sur Twitter