Changement climatique : L’UNICEF appelle à une action ambitieuse

Publié le 11 décembre 2015 | Modifié le 11 décembre 2015

« Les enfants, à juste titre, nous jugeront »

Les enfants paient déjà le prix fort pour l’inaction mondiale face au changement climatique, selon l’UNICEF.

Paris, 10 décembre 2015 –  « L’avenir des enfants d’aujourd’hui, en particulier des plus défavorisés, est en jeu, » a déclaré le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake, lors d’un événement à la COP21, la 21e conférence des Nations unies sur le climat à Paris. « Malheureusement, nous avons échoué. Parce que les enfants d’aujourd’hui sont affectés de façon disproportionnée par les effets du changement climatique. Ils paient notre échec, avec leur santé et leur sécurité. Avec leur avenir. Et trop souvent, avec leur vie. »

Le rapport de l’UNICEF « Il est temps d’agir – Conséquences du changement climatique sur les enfants » indique que le changement climatique engendre davantage de sécheresses, d’inondations, de vagues de chaleur et d’autres conditions climatiques graves, qui contribuent à la propagation de causes majeures de mortalité infantile telles que la malnutrition, le paludisme et la diarrhée. Le rapport montre également que plus d’un demi-million d’enfants vivent dans des zones où les inondations sont extrêmement fréquentes, et sont par conséquent très exposés au changement climatique.

« Nous ne pouvons plus permettre à notre inaction collective face au changement climatique de perpétuer un cycle vicieux qui condamne les enfants les plus défavorisés à vivre avec peu d’espoir, à la merci des catastrophes climatiques hors de contrôle, » a affirmé Anthony Lake.

En plus de la réduction des émissions, d’autres mesures doivent être prises pour diminuer les inégalités chez les enfants, a ajouté M. Lake, citant le besoin d’investissements dans la santé et autres services essentiels ainsi que dans les infrastructures de base qui peuvent résister aux catastrophes liées au changement climatique.

« La voie que le monde choisit ici à Paris marquera de façon indélébile l’avenir de l’humanité, » a déclaré Anthony Lake. « L’histoire nous jugera. Et plus important, nos enfants nous jugerons – à juste titre- pour notre intendance de la planète dont ils hériteront ».

Anthony Lake intervenait lors d’un événement conjointement organisé par l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) qui proposait des discussions entre la société civile et des jeunes à propos des moyens pour réduire l’impact des risques climatiques sur les enfants les plus vulnérables.

Note aux rédacteurs :
Les autres intervenants à l’événement du 9 décembre étaient : Gabriela Ramos, chef de cabinet et Sherpa pour le G20 à l’OCDE ; Tatiana Natalie Kondo, jeune parlementaire, Harare East Constituency, Zimbabwe ; Bill McKibben, fondateur de 350.org ; et le Dr. Guillermo Kerber, Directeur de programme, Care for Creation and Climate Justice, Conseil mondial des églises. La Ministre de l’environnement du Nigeria, Amina J. Mohammed a modéré les discussions.