Des centaines d'enfants recrutés par les groupes armés au Soudan du Sud

Publié le 19 août 2016 | Modifié le 05 octobre 2016

Depuis le début de l'année, plus de 650 enfants ont été recrutés par les groupes armés au Soudan du Sud, et les violations contre les femmes et les enfants augmentent, selon l'UNICEF.

Jouba/Nairobi, 19 août 2016 - Inquiet qu'un regain du conflit puisse mettre des dizaines de milliers d'enfants en grand danger, l'UNICEF appelle à une cessation immédiate du recrutement et à la libération inconditionnelle de tous les enfants par les  groupes armés.

Quelque 16 000 enfants ont été recrutés par les groupes et forces armés depuis le début de la crise au Soudan du Sud en décembre 2013. Selon l'UNICEF, des enfants continuent d'être recrutés et utilisés par les groupes et forces armés en dépit de l'engagement politique général pour mettre fin à cette pratique.

"Le rêve que nous partagions pour les enfants de ce jeune pays s'est transformé en cauchemar," a déclaré le directeur adjoint de l'UNICEF, Justin Forsyth, de retour d'une mission à Bentiu et Jouba au Soudan du Sud. "A ce stade précaire de la courte histoire du Soudan du Sud, l'UNICEF craint une augmentation imminente du recrutement d'enfants."

En 2015, l'UNICEF a supervisé la libération de 1775 anciens enfants soldats à travers la plus grande opération de démobilisation d'enfants jamais organisée. La reprise des combats et des recrutements risque d'impacter les progrès accomplis.

L'UNICEF souligne aussi l'augmentation des graves violations dans le plus jeune pays du monde, précisant que les violences de genre, déjà omniprésentes au Soudan du Sud, se sont intensifiées avec la crise.

"Des enfants continuent d'endurer d'horribles supplices" a déclaré Forsyth. "Des informations récentes indiquent la généralisation des violences sexuelles contre les femmes et les filles. L'utilisation systématique du viol, de l'exploitation sexuelle et des enlèvements comme armes de guerre au Soudan du Sud doivent cesser immédiatement, ainsi que l'impunité de tous les coupables."

L'UNICEF indique qu'un accès inconditionnel pour toutes les interventions humanitaires à Jouba et dans les autres zones du pays est urgemment nécessaire afin de pouvoir fournir l'aide, la protection et l'assistance pour les enfants et les femmes à travers le pays.

"Sans un secteur humanitaire pleinement opérationnel, les conséquences pour les enfants et leurs familles seront catastrophiques," ajoute Justin Forsyth.

# # #

Depuis le début des combats en décembre 2013 :

  • Environ 900 000 enfants ont été déplacés à l'intérieur du pays,
  • Plus de 13 000 enfants ont disparu, ont été séparés de leur famille ou sont non accompagnés,
  • Plus de la moitié des enfants du Soudan du Sud sont déscolarisés – le pays a le taux d’enfants déscolarisés le plus élevé au monde.
  • 250 000 enfants sont exposés au risque de malnutrition aiguë sévère.

Note aux médias : 

L'UNICEF au Soudan du Sud rapporte et surveille les violations graves des droits de l'enfant dans le cadre du Mécanisme de surveillance et de communication de l’information (MRM). Le MRM consigne six violations commises contre les enfants : 

a) Le recrutement et l’utilisation d’enfants dans les forces ou groupes armées,
b) Le meurtre et la mutilation d’enfants,
c) Les attaques contre les écoles et les hôpitaux,
d) Le viol et autres formes de violences sexuelles,
e) L’enlèvement d’enfants, et
f) Le refus aux enfants d’un accès humanitaire

 

A suivre sur Twitter...