Education aux droits de l’enfant : la France peut mieux faire !

Publié le 07 mai 2015 | Modifié le 31 décembre 2015

PARIS, le 7 mai 2015 – La Convention relative aux droits de l’enfant (CDE) est insuffisamment intégrée dans le système éducatif français. C’est ce que révèle un nouveau rapport de l’UNICEF qui étudie la présence de l’éducation aux droits de l’enfant dans les systèmes éducatifs de 26 pays et territoires.

L’éducation aux droits de l’enfant : un levier fort du vivre-ensemble

L’UNICEF définit l'éducation aux droits de l'enfant comme « l'enseignement et l'apprentissage des dispositions et principes de la Convention relative aux droits de l'enfant et de l'approche par les droits de l'enfant afin de renforcer la capacité des adultes et des enfants à les promouvoir et les mettre en œuvre au sein de la famille, de l'école et de la communauté, aux niveaux national et mondial ».

L’éducation aux droits de l’enfant a déjà montré son impact sur la réussite et le climat scolaires : un enfant informé de ses droits est d’autant plus enclin à respecter ceux d’autrui, enfant comme adulte. Parce que les droits de l’enfant sont universels, ils permettent également de porter de façon apaisée la lutte contre les discriminations.

En France : les programmes scolaires et la formation des enseignants sont les défis prioritaires

La France ratifiait la Convention relative aux droits de l’enfant il y a 25 ans, le 7 août 1990. Elle s’engageait alors à l’appliquer sur son territoire, mais aussi à faire la promotion de ses principes (art. 42) auprès des premiers concernés : les enfants. Aujourd’hui, l’Ecole doit encore relever des défis :

  • Selon le projet d’enseignement moral et civique, les droits de l’enfant devraient pouvoir être abordés à chaque cycle. La formulation du programme ne permet toutefois pas de savoir si les élèves en entendront parler chaque année ou tous les trois ans, ce qui serait insuffisant. Le gouvernement a le devoir de sécuriser la promotion des droits de l’enfant, notamment à l’Ecole. Il est nécessaire que la version définitive des programmes scolaires puisse garantir que les droits de l’enfant soient abordés à chaque année de la scolarité.
  • Les droits de l’enfant ne sont intégrés à la formation initiale des enseignants et personnels de l’éducation qu’à l’appréciation des Espé (Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation). Ils devraient avoir une place claire dans le référentiel de compétences des métiers du professorat et de l'éducation.
  • Par ailleurs, l’étude met en avant le « turn-over » des enseignants et personnels dans les zones les plus sensibles et son impact négatif sur le climat scolaire.

Un constat pour 26 pays et territoires

Le rapport « Enseigner et apprendre les droits de l’enfant : étude de la mise en œuvre dans 26 pays » a été réalisée en 2014 pour l’UNICEF par le Centre des droits de l’enfant de la Queen’s University de Belfast. Cette étude avait pour objectif de définir une base de référence pour évaluer l’action de l'UNICEF dans le domaine de l'éducation aux droits de l'enfant. Ce faisant, elle montre comment l'éducation aux droits de l'enfant est intégrée dans le système éducatif et la formation des enseignants de 26 pays et territoires.

Elle révèle que les programmes scolaires de 15 pays industrialisés ne parviennent pas à permettre aux enfants de connaître leurs droits. Elle fait également le constat qu'aucun des pays étudiés ne garantit que tous les enseignants sont formés aux droits de l'enfant et qu’ils sont familiers avec la Convention relative aux droits de l'enfant.

Le communiqué de presse en PDF

Téléchargez ce communiqué de presse au format PDF

Les réseaux sociaux en parlent