République centrafricaine : Les enfants de plus en plus ciblés par les violences

Publié le 18 juillet 2017

L’UNICEF s’inquiète du nombre croissant de violations des droits des enfants au cours de la dernière vague de violence

GENEVE/BANGUI/DAKAR/NEW YORK, 18 Juillet 2017 – La recrudescence des combats en République centrafricaine depuis plusieurs mois a conduit à un nombre croissant d’actes de violence commis par les groupes armés à l’encontre d’enfants, incluant des meurtres, des enlèvements, des viols et des recrutements au sein des groupes armés, s’alarme l’UNICEF. 

Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance a aussi averti que le nombre réel des atrocités commises à l’encontre d’enfants au cours des trois derniers mois était probablement bien plus élevé que les chiffres officiellement connus, dans la mesure où l’accès humanitaire dans de nombreux endroits est sérieusement limité par l’insécurité.

Cette situation a considérablement réduit la capacité des humanitaires à rendre compte des incidents et à assister les victimes. Cependant, les informations rassemblées par l’UNICEF depuis le mois de mai indiquent que les groupes armés prennent fréquemment les enfants pour cibles lors des attaques contre les villes ou les villages.

« Les enfants centrafricains ont souffert de façon disproportionnée des vagues de violences qui ont balayé le pays depuis plus de trois ans, a déclaré Christine Muhigana, Représentante de l’UNICEF en République centrafricaine. Les groupes armés et les parties au conflit doivent cesser ces violations flagrantes du droit des enfants et tout faire pour assurer leur sécurité. » 

A Bria, dans l’est du pays, 14 filles âgées de 9 à 16 ans ont été violées par des membres de groupes armés lors des violences de mai et juin. Ces agressions ont souvent eu lieu lorsque les fillettes quittaient leurs sites de déplacés pour aller chez elles chercher des affaires personnelles. De nombreux cas de violences sexuelles ne sont jamais dénoncés. 

Au cours d’un autre incident à Bangassou, dans le sud-est du pays, cinq enfants âgés de 2 à 16 ans ont été tués en mai en tentant de traverser une rivière pour se réfugier en République Démocratique du Congo. Au cours du même mois, dans un village près de Berberati, huit garçons âgés de 13 à 17 ans ont été enlevés. L’un d’entre eux a été tué tandis que les ravisseurs ont demandé une rançon pour libérer les autres.

En plus de ces crimes, l’intensification des violences impliquant les groupes armés en République centrafricaine a pour conséquence de priver des milliers d’enfants de leurs droits les plus élémentaires. On estime que 94 000 enfants n’ont pas pu passer leurs examens de fin d’année pour cause d’insécurité. Dans le même temps, des pillages commis par les groupes armés ont provoqué la fermeture de centres de santé, privant les enfants de soins de santé de base et interrompant les actions de vaccination de routine.

Soutenir nos actions